«À l'Ouest rien de nouveau», sur Netflix: magistral mais souvent loin du roman (et des faits historiques)

Du début à la fin, le nouveau film de Berger invoque magnifiquement les tons, les ambiances et les couleurs changeantes du roman de Remarque. | Capture d'écran Netflix France via YouTube
Du début à la fin, le nouveau film de Berger invoque magnifiquement les tons, les ambiances et les couleurs changeantes du roman de Remarque. | Capture d'écran Netflix France via YouTube

Attention: cet article comporte des spoilers.

À l'Ouest, rien de nouveau est peut-être le meilleur roman de guerre jamais écrit, une œuvre réalisée intégralement à la première personne et au présent, qui évoque les multiples facettes du combat –ses horreurs répugnantes, ses banalités quotidiennes, sa nature surréaliste et fiévreuse et sa fervente camaraderie– avec une captivante intensité, dans une langue à la fois retenue et explicite, sans être jamais gratuitement grossière ou sentimentale.

Ces qualités en font une sacrée montagne à gravir pour les candidats à l'adaptation; et pourtant, trois réalisateurs s'y sont lancés: Lewis Milestone en 1930, Delbert Mann dans un film télévisé pour CBS TV en 1979 et aujourd'hui, Edward Berger pour Netflix.

Le film de Milestone suivait le roman, publié à peine deux ans auparavant, de très près, et ses scènes de bataille étaient remarquables pour l'époque (le film a remporté l'Oscar du meilleur film et celui du meilleur réalisateur), mais le jeu mélodramatique le rend irregardable aujourd'hui. La version de Mann, vétéran de la série Playhouse 90, a remporté un Golden Globe de meilleur film fait pour la télévision, mais sa direction était trop théâtrale et ses champs de bataille trop propres.

Enfin en faire un film allemand

Berger, outre qu'il profite des avantages de la technologie moderne (les images ultra-haute définition sont spectaculaires sur un téléviseur 4K bien calibré), est le premier réalisateur allemand à s'attaquer à À l'Ouest, rien de nouveau, ce qui est notable puisque le roman raconte l'histoire d'un fantassin allemand de la Première Guerre mondiale, et que son auteur, Erich Maria Remarque, fut lui-même un fantassin blessé au cours de ce conflit. L'origine de Berger donne au récit une authenticité intrinsèque (il est tellement plus convaincant...

Lire la suite sur Slate.fr.