À Lorient, un garage désaffecté métamorphosé en "Wood street" par des graffeurs

Des araignées, des abeilles géantes et des animaux sauvages ont pris leur quartier dans le centre-ville de Lorient. Ces œuvres XXL ont été réalisées par les artistes du collectif breton Diaspora Crew sur le thème Wood street : la nature reprend ses droits.Des œuvres du sol au plafond Il n’a fallu que trois mois à ces artistes pour transformer un vieux garage désaffecté en galerie d’art. L’exposition est totalement immersive. Murs, plafond, sol, chaque recoin de cet espace d’environ 700 m² est recouvert d’œuvres. Il y a les graffitis faits à la bombe mais aussi des structures impressionnantes d’insectes ou encore de robots, réalisées avec des éléments recyclés comme l'explique le graffeur Kaz : "Ce sont des choses qui sont destinées à aller à la poubelle mais on peut les garder et en faire quelque chose. Elles vont être prises en photo et ça me fait rire car c’est un pied de nez à la société de consommation."L'art de l'éphémère Ce lieu n’est pas un musée mais bien une galerie éphémère. Dans le plus pur esprit du graff, les œuvres taguées sur les murs ne sont pas destinées à rester. "On est déjà habitués sur les spots d'expression libre à ce que les peintures soient repassées. Une peinture qui est là pour 4 ou 5 ans, c'est triste car il n'y a pas la scène artistique. Au contraire, c'est bien quand les murs vivent".Une expo victime de son succès En ces temps de disette culturelle en raison de la crise sanitaire, l'exposition a été prise d'assault. Les pré-réservations obligatoires pour la visite en raison des mesures sanitaires ont explosé et il ne reste plus aucune place. Wood street disparaîtra à la fin des vacances scolaires, le 27 décembre. Seuls 6800 privilégiés auront pu l'admirer.