À l'ONU, la Turquie adopte dorénavant son nom turc "Türkiye"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Ankara a demandé mercredi aux Nations unies à ne plus être appelée "Turquie" en français et surtout "Turkey" en anglais, qui signifie aussi "dinde", et qui pouvait donc revêtir une connotation négative. Jeudi, l'ONU a confirmé ce changement avec effet immédiat.

Aux Nations unies, la Turquie se fait dorénavant officiellement appeler dans toutes les langues par son nom turc "Türkiye" et non plus "Turkey" trop connoté en anglais, une volonté du président Recep Tayyip Erdogan, a annoncé l'ONU jeudi 2 juin.

"Le changement est immédiat", a indiqué à l'AFP Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. Le diplomate a précisé que c'est un courrier officiel d'Ankara, reçu au siège des Nations unies à New York mercredi 1er juin, qui a aussitôt officialisé le changement de nom de la Turquie.

Mardi, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu, s'était affiché sur son compte Twitter, signant cette lettre adressée au secrétaire général de l'ONU et réclamant que "le nom de notre pays à l'ONU, en langues étrangères, soit enregistré comme 'Türkiye'".

Ankara demande ainsi à ne plus être appelée "Turquie" en français et surtout "Turkey" en anglais, qui signifie aussi "dinde", et qui pouvait donc revêtir une connotation négative.

"Sauvegarde du respect international"

Le chef de la diplomatie turque a fait référence dans son tweet à la volonté du président Erdogan, depuis fin 2021, d'"augmenter la valeur de la marque de notre pays". De fait, en matière économique, Ankara souhaite depuis quelques années imposer à l'international la marque "made in Türkiye" aux dépens de "made in Turkey".

"Certains peuvent trouver ce changement de nom idiot, mais cela place Erdogan dans le rôle du protecteur et de la sauvegarde du respect international à l'égard du pays", analyse Mustafa Aksakal, professeur d'histoire à l'université Georgetown de Washington, cité jeudi par le New York Times.

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles