Après les élections européennes, l'intégration des Balkans est-elle encore à l'ordre du jour?

Une revue de presse préparée en partenariat avec le Courrier des Balkans.

Après les élections européennes, l'élargissement de l'Union entre à nouveau dans une phase de grande incertitude. C'est moins la nouvelle composition du Parlement européen qui inquiète que les dynamiques nationales, comme en France, où le RN de Jordan Bardella s'oppose à toute nouvelle intégration.

Un pays est particulièrement concerné par la question, le Monténégro. La rivière Ibar coule dans le nord du petit pays, mais l'acronyme IBAR désigne l'Interim Benchmark Assessment Report, que le Monténégro doit obtenir pour poursuivre ses négociations d'adhésion à l'Union européenne. Une étape cruciale qui a de bonnes chances d'être franchie ce mois de juin.

En Europe du Sud-Est, il n'y a pas vraiment eu de « vague brune ». Les partis d'extrême droite progressent, mais sans raz-de-marée en Bulgarie (Renaissance) et en Roumanie (AUR). En Croatie et en Grèce, où les conservateurs sont en tête, ces courants stagnent, tandis que la gauche fait mieux que résister.


Lire la suite sur RFI