À Londres, la relation Meloni-Sunak se consolide autour de l’immigration

La rencontre entre le Premier ministre britannique Rishi Sunak et la Première ministre italien Giorgia Meloni à Londres.
La rencontre entre le Premier ministre britannique Rishi Sunak et la Première ministre italien Giorgia Meloni à Londres.

INTERNATIONAL - Week-end à Rome, mais idylle à Londres. Après une première entrevue en marge de la COP 27 en novembre 2022, le Premier ministre Rishi Sunak a reçu officiellement son homologue italienne Giorgia Meloni pour construire les bases d’un accord commun afin de lutter contre l’immigration clandestine, ce jeudi 27 avril.

Un protocole d’accord bilatéral a donc été signé entre Londres et Rome pour poser les bases d’une collaboration qui s’étend aussi à d’autres sujets comme la défense, dans le contexte de la guerre en Ukraine.

Et si « la sécurité mondiale » et la « lutte contre l’immigration clandestine » ont été présentées comme les principaux objectifs de cet accord, d’autres sujets se sont quand même invités dans la discussion des deux chefs d’États, comme « l’amélioration de la sécurité énergétique, la lutte contre le changement climatique, la perte de biodiversité, la défense de la démocratie, des droits de l’homme et de l’État de droit ».

Sur le volet immigration, les deux pays entendent s’engager ensemble pour « protéger les frontières, les vies des victimes innocentes des trafiquants d’êtres humains et la sécurité sur le continent européen ».

Ils comptent pour cela « promouvoir les moyens de partager les informations, les renseignements et l’expertise » sur « les défis que nous partageons face à la migration irrégulière », indique l’accord bilatéral.

Éloge de la politique migratoire britannique

Reçue dès jeudi soir au 10 Downing Street pour une visite de deux jours, la première ministre italienne n’a pas manqué de saluer le travail du Royaume-Uni en matière de politique migratoire. « La lutte contre les passeurs et l’immigration clandestine est une chose que votre gouvernement fait très bien », a-t-elle lancé à son homologue et face aux caméras.

« Je suis votre travail et je suis absolument d’accord avec, et je pense qu’il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire ensemble », a ensuite promis Giorgia Melonia, dont la venue a Londres a provoqué une manifestation devant Downing Street. « Réfugiés dedans, Meloni dehors », pouvait-on lire sur certaines pancartes de manifestants.

Mais pas de quoi gâcher le séjour de la femme politique d’extrême droite de 46 ans. Elle n’a d’ailleurs pas manqué de saluer un « nouveau départ » dans l’entente des deux pays avec cet accord de treize pages, présenté comme « complémentaire » des textes signés entre Londres et Bruxelles post-Brexit.

De son côté, le Premier ministre britannique a pointé la similarité entre les enjeux de son pays et ceux de l’Italie. « Je pense que les valeurs entre nos deux pays sont très alignées, c’est pourquoi nous pouvons si bien travailler ensemble sur des défis communs », a déclaré le leader britannique au moment où un projet de loi plus sévère sur l’immigration illégale vient de passer sans encombre devant la Chambre des communes, comme le souligne The Independant.

Au diapason sur l’Ukraine et la Chine

Rishi Sunak a aussi rendu hommage au « leadership » italien en réponse à l’invasion militaire de l’Ukraine par Vladimir Poutine, tout en faisant lui aussi l’éloge de la « lutte contre la migration illégale » en Italie. Rien d’étonnant quand on se souvient qu’il avait fait de « l’arrêt des bateaux » (« Stop the boats ») traversant la Manche une des priorités du Royaume-Uni lorsqu’il avait pris les reines de Downing Street en octobre 2022.

D’autant plus que les deux leaders s’étaient déjà rencontrés pour évoquer ces questions en novembre dernier lors de la Cop27. Cette première rencontre entre Rishi Sunak et Giorgia Meloni intervenait peu de temps après leur prise de fonction respective. Et ils avaient déjà parlé immigration illégale et trafic d’être humain à Charm el-Cheikh.

Outre l’immigration, Londres et Rome ont aussi réaffirmé, jeudi, leurs positions communes autour de sujets brûlants comme les relations avec la Chine, invitée « à assumer ses responsabilités en tant que membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies ». Londres et Rome demandent par ailleurs à Pékin de « ne pas soutenir la Russie dans la guerre illégale qu’elle mène en Ukraine ».

À voir également sur Le HuffPost :

En Italie, cette campagne du ministère du Tourisme ne passe pas

Elly Schlein élue à la tête de la gauche italienne, une opposante de choc à Giorgia Meloni