À l'ombre des baobabs, une Dakar Fashion Week écoresponsable

Par Clémence Cluzel, à Dakar
·1 min de lecture
Pour résister aux conséquences du Covid-19, la 18e édition de la Dakar Fashion Week s'est tenue à N'Guekhokh, hors de Dakar, en pleine savane, sous les baobabs.  
Pour résister aux conséquences du Covid-19, la 18e édition de la Dakar Fashion Week s'est tenue à N'Guekhokh, hors de Dakar, en pleine savane, sous les baobabs.

Rendez-vous attendu par les passionnés de mode, la Dakar Fashion Week a réussi à se tenir cette année malgré la pandémie mondiale. La créatrice de mode et organisatrice de l'événement, Adama Ndiaye, a su composer avec la situation sanitaire en demandant aux designers de proposer des collections « écoresponsables ». La part belle a ainsi été faite aux matières du continent et la Dakar Fashion Week a rebondi en proposant un défilé magique et inédit au milieu des baobabs.

Un contexte compliqué

Se situant parmi les événements de la mode qui comptent sur le continent africain, la Dakar Fashion Week a su s'imposer au fil des ans au-delà des frontières. Sa 18e édition aura été particulièrement difficile à mettre en place dans le contexte de pandémie de coronavirus qui a impacté de nombreux secteurs artistiques, culturels et économiques. D'abord reporté, ce rendez-vous culturel s'est finalement tenu les 12 et 13 décembre 2020 à Dakar. Il faut dire que pour son organisatrice, la créatrice sénégalaise de mode Adama Ndiaye, à l'origine de la marque Adama Paris, « il était inenvisageable de ne pas faire cette édition. Cette année a été dure pour tout le monde, et pour les créateurs notamment. Il n'y a pas eu de vente et les boutiques ayant été fermées, il était important de maintenir la Dakar Fashion Week ». Malgré les contraintes, elle a pu compter sur le soutien des créateurs de mode pour offrir cette année encore un coup de projecteur sur les talents africains, resta [...] Lire la suite