À l'instar d'Elon Musk, la Silicon Valley licencie, crise ou remise à niveau ?

© https://www.trueup.io/

À grand bruit, Elon Musk s’est lancé dans une vague de licenciements au sein de Twitter, mais depuis déjà plusieurs mois, à bas bruit, de nombreuses entreprises de la Silicon Valley licencient. Plusieurs milliers de salariés de Meta, Snapchat, Lyft, Amazon… se retrouvent sans emploi. Crainte d’une récession ? Sureffectif dans le secteur ? Avenir morose de la tech ? Les causes sont diverses. RFI a interrogé des acteurs de la Silicon Valley pour mieux comprendre les raisons de cette crise.

En temps réel, une mise à jour des licenciements dans le secteur des technologies (principalement en Californie) est réalisée sur ce site. Les chiffres sont conséquents et on y apprend que : Amazon se prépare à licencier environ 10 000 employés, un peu moins de 1% de sa masse salariale (1,54 million d'employés dans le monde). Meta, la maison mère de Facebook, a annoncé la suppression de 11 000 emplois, soit 13% de ses effectifs. Snapchat a supprimé près de 20% de ses effectifs, plus de 1 200 employés. Twitter, tout juste racheté par Elon Musk, a congédié la moitié de ses 7 500 salariés. Même style de coupe dans les effectifs chez Intel, Salesforce… et un gel systématique des embauches chez Apple et Alphabet (Google).

« La modération n’est pas culturellement une vertu américaine »

Une baisse du chiffre d'affaires de Meta et une chute des bénéfices

« Elon Musk se demande quoi vendre »


Lire la suite sur RFI

Lire aussi:
Elon Musk et Twitter: conséquences politiques et géopolitiques d'un rachat
Les liens d'Elon Musk «avec d'autres pays méritent d'être examinés», estime Biden
Pour racheter Twitter, Elon Musk revend 4 milliards d'action Tesla