À Lille, l'étrange mort d'un opposant tchétchène

Lorsque les pompiers entrent dans la chambre de cet hôtel bon marché en face de la gare de Lille-Flandres, jeudi 30 janvier en fin de matinée, Imran Aliev gît, le corps lardé d'une centaine de coups de couteau. L'arme du crime est à côté du cadavre. Selon les premiers éléments de l'enquête, le blogueur tchétchène, opposant au régime autoritaire de Ramzan Kadyrov soutenu par Moscou, est arrivé au Coq Hardi vers 2 heures du matin. Il était accompagné d'un homme. Ce dernier s'est depuis envolé vers la Russie. La seule identité que lui connaissent les policiers est celle de ses documents de voyage. Meurtre politique? Faits divers crapuleux? Une information judiciaire a été ouverte contre X pour assassinat, lundi 3 février. Pour le moment, indique le parquet de Lille, personne n'a été arrêté.

Cet homicide survient cinq mois après l'exécution en plein jour, à l'arme de poing équipée d'un silencieux, d'un ressortissant géorgien de la communauté tchétchène dans un parc de Berlin. Faut-il rapprocher ce double meurtre des déclarations du président Kadyrov, qui a appelé en novembre à "tuer, mettre en prison, effrayer" ceux qui "répandent des commérages" sur Internet?

Pas la signature d'un tueur à gages

Imran Aliev, 44 ans, réfugié en Belgique avec femme et enfants, était très actif dans ses critiques au risque de ne pas être compris. "Je lui avais demandé de ne pas aller sur YouTube après avoir pris ses médicaments antidouleur, indique Musa Taipov, autre réfugié tchétchène en France et ...


Lire la suite sur LeJDD