À l'Assemblée, le ton monte entre Jean Castex et les LR sur les moyens de l'hôpital

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

ASSEMBLÉE NATIONALE - “Vos accusations ne sont pas dignes!” À l’Assemblée nationale, ce mardi 16 novembre, le Premier ministre Jean Castex a suscité la bronca de l’opposition en répondant à une question du député LR des Vosges, Stéphane Viry, sur l’hôpital public.

“Quelle réforme technocratique allez-vous encore nous proposer avant de recentrer la santé sur l’humain?” a conclu, inquisiteur, le député après avoir dressé un portrait critique de la situation des soignants aujourd’hui.

L’accusation en sous-texte qui s’adressait aussi bien au ministre de la Santé, Olivier Véran qu’au Premier ministre, a fait bondir Jean Castex qui a répondu, comme cela lui arrive rarement, avec une véhémence notable.

“Que ne l’avez-vous fait avant?”

“Il est tout à fait exact [...] que nous manquons de médecins libéraux comme hospitaliers en France”, a reconnu le chef du gouvernement avant d’ajouter, agacé: “Voulez-vous que je rappelle une nouvelle fois l’évolution du numerus clausus qui les forme?”

Jean Castex fait ici référence à la limitation du nombre de personnes admises à concourir en première année de médecine, instaurée en 1972. En 2017, avant l’élection d’Emmanuel Macron, a rappelé le Premier ministre, il y avait moins de médecins formés qu’en 1972, “alors même que la population française augmente et vieillit”, a-t-il ajouté.

Et de continuer en ciblant les accusations précédentes sur le Ségur de la Santé et en défendant le bilan du gouvernement: “Neuf milliards pour les rémunérations! Neuf milliards! Le plus gros effort jamais fait depuis la création de la sécurité sociale...Mais que ne l’avez-vous fait avant? Que ne l’avons-nous fait! Enfin!”

À voir également sur Le HuffPost: Quand Olivier Véran écartait la 3ème dose pour le pass sanitaire

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles