À l'assaut du moustique-tigre

·2 min de lecture

Cet insecte vecteur de maladies tropicales s'est installé en France métropolitaine. Les chercheurs multiplient les stratégies pour limiter sa propagation.

Cet article est issu du magazine Sciences et Avenir- La Recherche n°893/ 894 daté juillet- août 2021.

Depuis le 1er mai 2021, la France est en "surveillance renforcée". Car avec la belle saison, le redouté moustique tigre, Aedes albopictus, est de retour. Même intense, le froid hivernal n’a pas tué ses œufs. Il est reparti pour une saison des amours et de reproduction. Diffusant sur la France tempérée des maladies autrefois tropicales : Zika, chikungunya, dengue. En 2020, Santé Publique France a dénombré trois foyers de dengue autochtone dans le Var et à Nice, trois autres dans le Gard et l’Hérault. Autochtone signifie qu’aucune des 13 victimes recensées n’avait voyagé auparavant dans une zone à risque ni n’avait eu de contact avec une personne en revenant. La crainte des agences régionales de santé (ARS), c’est que ce bilan s’alourdisse d’année en année. Le risque sanitaire s’installe. Le moustique-tigre est redoutable. Au contraire du traditionnel Culex pipiens qui "zonzonne" et pique la nuit, la femelle Aedes albopictus attaque à n’importe quel moment de la journée. L’arrivée en France de cet insecte diptère asiatique date de 2004. Ce sédentaire (il ne se déplace jamais à plus de 200 mètres de son lieu de naissance) a voyagé grâce à ses œufs dissimulés dans des pneus et des plants de bambous importés. Il a ensuite colonisé la France en se faufilant dans les habitacles des voitures et camions, sa progression suivant les grands axes routiers. Il est aujourd'hui présent dans 64 départements. On ne peut plus s'en débarrasser. "L'été, nous devons désormais être sur la défensive, prévient Johanna Fite, chargée de la mission Vecteurs à l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Chaque personne doit vérifier si, dans son environnement proche, il n'y a pas des eaux stagnantes et de la végétation susceptibles de servir de lieu de ponte." Vider les coupelles des pots de fleurs, couvrir les réservoirs d'eau de pluie, débroussailler les haies et couper les herbes haute[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles