À l'approche du déconfinement, les fêtes sauvages en hausse

·1 min de lecture

Avec le retour des beaux jours, l’impatience se fait ressentir. Après les annonces d’Emmanuel Macron, le 28 avril, concernant la mise en place de quatre étapes de déconfinement, les Français semblent vouloir aller plus vite que la musique : les fêtes sauvages se multiplient malgré les restrictions sanitaires encore strictes à l’heure actuelle. Les rassemblements restent limités, le couvre-feu est encore en vigueur à 19 heures, mais ces règles ne sont pas toujours respectées par un certain nombre de fêtards pressés, comme le rapporte le quotidien régional Ouest France.

Dimanche 25 avril, le parc parisien des Buttes Chaumont, dans le XXe arrondissement a été le théâtre d’une de ces soirées interdites. La préfecture de police, qui a fait intervenir ses agents – et le parquet qui a ouvert une enquête contre les organisateurs pour "mise en danger de la vie d’autrui" - n’a pas dissuadé les autres "teufeurs" qui avaient d’autres plans en tête. Dans les Côtes-d’Armor, au Haut-Corley, une autre tentative de rassemblement a été repérée par les forces de l’ordre, vendredi 30 avril. 500 personnes avaient prévu de faire la fête, venues de toute la région, mais également de Normandie et d’Île-de-France. 330 infractions pour non-respect des règles sanitaires ont été établies pour cette seule fête interdite.

>> A lire aussi - Facture salée pour des étudiants qui avaient organisé une fête sauvage

Ces deux exemples sont loin d’être exhaustifs. Les jardins du parc de Bercy, dans le XIIe arrondissement (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L'Égypte va commander 30 Rafale supplémentaires à la France
Oise : plusieurs élus démissionnent pour dénoncer la "gestion hasardeuse" du maire
Après AstraZeneca, le Danemark renonce à un autre vaccin
Bruxelles souhaite accueillir les touristes vaccinés dans l'UE cet été
Alpes-Maritimes : attention à l'arnaque à la pomme de terre