À l’ONU, la Chine s’oppose à l’indemnisation de l’Ukraine par la Russie

Photo Michael M. Santiago/AFP

Ce texte est “rempli de failles et de lacunes évidentes”. L’ambassadeur de Chine adjoint à l’ONU Geng Shuang, cité par l’agence officielle chinoise Zhongxinwang (ECNS, China News Service), n’a pas mâché ses mots dans un discours lundi 14 novembre lors de la session extraordinaire d’urgence de l’Assemblée générale.

Elle examinait une résolution non contraignante prévoyant la mise en place par la Russie d’un mécanisme de réparation des destructions causées par l’invasion de l’Ukraine et les pertes humaines qu’elle a suscitées. La résolution a finalement été adoptée grâce au vote de 94 pays. Mais 73 se sont abstenus – principalement le Brésil, l’Inde, Israël et des nations du continent africain – et 14 pays ont voté contre, dont la Russie évidemment, mais aussi l’Iran et la Chine.

“Nous comprenons la douleur des victimes du conflit et nous regrettons leur situation”, a assuré Geng Shuang, rapporte le journal officiel chinois Huanqiu Shibao (Global Times). Mais l’ambassadeur a très clairement exprimé le rejet du texte par Pékin :

“La Chine estime que les recours et les réparations en cas de guerre doivent être obtenus par des voies politiques et des procédures juridiques appropriées.”

La résolution appelle en effet à un “registre international” pour documenter les dommages causés par la guerre en Ukraine, qui a dévasté des villes entières, y compris des hôpitaux et des écoles.

“Une violation des règles internationales”

Les critiques de la presse chinoise s’expriment en des termes beaucoup moins diplomatiques. Une analyse du média en ligne chinois Sohu voit dans cette démarche un prétexte pour “légitimer l’appropriation des actifs russes gelés à l’étranger de manière systématique”.

“Une telle pratique non seulement n’atténuera ni ne résoudra les tensions actuelles entre la Russie et l’Ukraine, affirme le portail, mais elle constituera une violation des règles internationales en vigueur.” Pour Sohu, ce serait un sérieux problème pour l’économie russe :

“Les actifs étrangers de la Russie gelés par l’Occident pourraient se chiffrer à plus de 300 milliards de dollars américains. Si ces capitaux sont appropriés par [l’Ukraine], ce sera sans aucun doute une perte majeure pour la Russie, dont l’économie est actuellement affaiblie.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :