À la une de l’hebdo. Le temps des talibans

·2 min de lecture

Chaque semaine, Courrier international explique ses choix éditoriaux et les débats qu’ils suscitent parfois au sein de la rédaction. Dans ce numéro bouclé deux jours après la chute de Kaboul, nous avons consacré tout le début du journal au retour des talibans, à nouveau maîtres de l’Afghanistan. Et nous avons choisi de conserver notre dossier initialement prévu sur les vaccins, cette urgence mondiale.

“Je m’en tiens fermement à ma décision. […] J’ai appris à contrecœur qu’il n’y avait jamais de bon moment pour retirer les forces américaines. La vérité, c’est que cela s’est déroulé plus rapidement que nous ne l’avions prévu.”

Ce 16 août, le président américain Joe Biden justifiait dans un discours à la nation le retrait des troupes américaines d’Afghanistan. La veille, Kaboul tombait, quasiment sans résistance, aux mains des talibans et, avec elle, ce qui pouvait rester de l’État afghan. Une onde de choc qui a touché le monde entier. Depuis, des scènes de chaos, de foules compactes, désemparées, désespérées, ont envahi nos écrans. Ressortissants étrangers et surtout citoyens afghans se précipitent sur les routes, les tarmacs d’aéroport, en direction des frontières encore accessibles, pour échapper aux nouveaux maîtres de l’Afghanistan, qui sont entrés, sereins, souriants et conquérants dans la capitale.

À lire aussi: Vidéo. Chaos et panique à l’aéroport de Kaboul, au moins trois morts

Ce n’est pas cette image que nous avons choisi de mettre en une de ce numéro, mais celle, plus distanciée peut-être, composée par le dessinateur Peter Schrank. On y voit, derrière la grille d’une burka, les talibans tels qu’on les portraiture depuis vingt ans. Un recommencement de l’histoire.

Car, en dépit de leurs promesses, les talibans n’ont pas changé, comme le raconte l’article que nous avons choisi pour ouvrir ce numéro, un article publié dans le Times. Le constat de Catherine Philp, la correspondante du quotidien britannique en Afghanistan, est sans appel. Sur le fond, rien n’a changé en ce qui concerne leur mission d’instaurer leur vision

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles