À l’Assemblée nationale, la remarque d’un député AFD sur l’avortement ne passe pas

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

POLITIQUE - Une déclaration qui fait tache au milieu des célébrations du 60e anniversaire de la signature du Traité de l’Élysée. À l’Assemblée nationale, ce dimanche 22 janvier, un député du parti allemand d’extrême droite AFD s’est attiré les foudres du Palais Bourbon avec une déclaration plus que douteuse sur l’avortement.

Lors de cette séance parlementaire franco-allemande, où débats et travaux communs entre élus français et allemands ont eu lieu toute la journée, le député du Bundestag Norbert Kleinwächter a jeté un froid en déclarant au pupitre : « Vous demandez l’accès libre à l’avortement. Chaque année, on va créer une grande ville de bébés qui n’auront pas eu le droit à la vie. Et puis ensuite, vous demandez une Europe unie Madame la présidente ! ».

Une remarque adressée plus ou moins directement à la présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, mais rapidement dénoncée dans l’hémicycle et huée par une partie de l’assistance, comme vous pouvez le voir dans vidéo en tête d’article.

Changement climatique et migration

Peu de temps avant cette déclaration provocatrice sur l’IVG, Norbert Kleinwächter s’était également distingué avec une autre sortie problématique au sujet du changement climatique, entre autres sujets.

« Vous courrez après des idéologies de remplacement comme le changement climatique. Et vous le savez, de par l’expérience coloniale que l’Europe ne peut pas sauver le monde. Et puis il y a l’expérience des migrations massives aussi, alors qu’on voit que ce sont toujours les mêmes groupes qui foulent aux pieds l’esprit européen lors de la Coupe du monde, lors de la fameuse nuit de la Saint Sylvestre en Allemagne », a lancé le député membre du parti AFD (Alternative pour l’Allemagne).

Au Parlement européen, le parti politique de Norbert Kleinwächter siège d’ailleurs aux côtés du Rassemblement national, au sein d’un même groupe parlementaire : Identité et démocratie, considéré comme une formation politique nationaliste et d’extrême droite composée d’élus français, allemands, italiens, autrichiens, belges ou encore danois. À ce jour, Identité et démocratie compte 65 sièges sur les 705 du Parlement européen.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi