À l’assemblée générale d’Anticor, des adhérents en proie au doute

Par Aziz Zemouri
·1 min de lecture
Anticor est secoué par une crise interne.
Anticor est secoué par une crise interne.

L'Assemblée générale d'Anticor s'est déroulée samedi en mode virtuel. Élise Van Beneden, sa présidente, s'est félicitée du nombre de participants. « Plusieurs centaines de membres y ont participé alors que nous avons connu de nombreux problèmes techniques. La participation est largement supérieure à celle des années précédentes. » Anticor revendique plus de 6 000 adhérents à jour de cotisation. Selon nos informations, le nombre serait plus proche des 4 000 au 31 décembre 2020.

403 personnes se sont, en réalité, connectées samedi pour participer à l'AG et 310 adhérents ont exprimé un vote. Le rapport moral de l'association a été approuvé par 89 % des votants. « 403 personnes, c'est beaucoup moins que la dernière, où on était plus de 900 », précise un administrateur.

Opacité

Un effet de la mise en cause de la gestion opaque de l'actuelle direction ? Le vice-président, le magistrat Éric Alt, modérait les « débats » derrière son ordinateur, si bien qu'on ignore s'il a laissé passer les critiques qui visent son mandat et celui de sa présidente. Au premier rang desquelles l'opacité des dons, notamment ceux d'Hervé Vinciguerra, principal bailleur de fonds, qui a financé 11 % du budget d'Anticor en trois ans alors qu'il a fait fortune grâce à l'optimisation fiscale de ses sociétés basées au Luxembourg et à Londres. Une pétition d'adhérents a été lancée sur Change.org samedi, intitulée « Rendez l'argent douteux ».

À LIRE AUSSIAnticor, coups bas et financements douteux

À [...] Lire la suite