"À l’écologie qui punit, nous proposons une écologie qui propose !"

·1 min de lecture

Plusieurs responsables des Républicains (LR) proposent un nouveau rapport à la question écologique.

Le continent européen a vu s’affronter et s’assembler des hommes, des dieux, des idéologies et des repères. Le plus important de tous les repères est la juste place de l’Homme dans la nature. Trouver cette juste place est le carburant fondamental de notre vision de l’environnement, à droite. À côté de cela, environnement, écologie, nature, pollution, climat sont autant de termes confisqués par la gauche qui sont pourtant des problématiques universelles qu’elle ne peut pas privatiser. L’environnement ne fait pas de politique mais la politique peut donner des repères pour adapter à l’environnement les enjeux du monde moderne, loin des solutions à court terme qui usent les bons sentiments. Oser inscrire l’environnement à l’ordre du jour des politiques majeures, sans en faire un prétexte ni une roue de secours, commande plus de courage que de démagogie.L'écologie autrementEn effet, céder au progrès se révèle être plus démagogique que résister aux sirènes de la modernité par courage. À ce propos, les conceptions divergent. La gauche place l’homme face à la nature dans une dynamique de progrès, quitte à en transgresser les lois. La droite quant à elle place l’homme dans la nature en conservant ses lois. Et cette conception est héritée d’une pensée chrétienne, qui a façonné à travers les siècles la civilisation européenne. Dans cette lignée, de l’écologie naturelle à...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République

"Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité, voilà le combat !" : rendez-vous le 20 septembre place de la République

20 septembre 1792, bataille de Valmy : naissance de la souveraineté du peuple, de la nation, ou des deux ?