À la Une: des législatives anticipées au Kosovo pour tourner la page

·3 min de lecture

C’est un pacte anti-corruption qu’a opportunément conclu Albin Kurti avec son ancienne rivale centriste Vjosa Osmani. Grâce à ce « ticket jeune », le chef du mouvement de gauche nationaliste Vetëvendosje espère bien emporter très largement le scrutin de dimanche 14 février et gouverner avec les coudées franches pour sortir le Kosovo de la crise permanente. Autre signe de ce désir de changement dans le plus jeune État européen : la diaspora s'est très fortement mobilisée et devrait voter massivement.

Le Kosovo, comme le reste des Balkans, fait face à une puissante deuxième vague de Covid-19 et, hormis en Serbie, la campagne de vaccination y a pris beaucoup de retard. Certains ont même calculé qu'au rythme actuel, la Bulgarie atteindrait une immunité collective en 2040. En Croatie, les patrons des bars et des restaurants espèrent la réouverture rapide de leurs établissements, mais pas la plupart de leurs employés : l'aide que leur accorde l'État est souvent bien supérieure à leurs salaires habituels.

Toujours sur les rives de la Méditerranée, le Premier ministre grec est empêtré dans un nouveau scandale, pour s'être fait prendre en photo lors d'une réception où il avait tombé le masque anti-Covid... Juste après avoir annoncé un nouveau tour de vis sanitaire dans le pays. Le gouvernement conservateur de Kyriákos Mitsotákis est aussi très vivement critiqué pour son projet de reprise en main des universités et le déploiement sur les campus d'une police spéciale. Depuis un mois, étudiants et enseignants se battent contre le flicage de l'enseignement supérieur. Entretien avec la sociologue Alexandra Koronaiou.

Enlèvements, meurtres, trafic de drogues, blanchiment d’argent... La police serbe a mené début février un vaste coup de filet contre les Principi, un groupe d’ultras du Partizan Belgrade. Ce gang, notoirement connu pour sa participation au narcotrafic, entretiendrait d’étroites relations avec les plus hautes autorités policières et politiques. À des milliers de kilomètres de là, en Afrique du Sud, un ancien policier serbe devenu tueur du plus célèbre criminel de guerre des années 1990 – Arkan – croupit toujours en prison. Pretoria et Belgrade se disputent ses précieux témoignages.

Le 18 février prochain, l'Église orthodoxe serbe doit élire son nouveau patriarche après le décès, des suites du coronavirus, d'Irinej. Parmi les prétendants au poste, l'évêque Grigorije. Or, le « George Clooney orthodoxe » est un opposant résolu au régime semi-autoritaire du président Aleksandar Vučić et sa nomination suscite de vives craintes à Belgrade.

Depuis plusieurs jours, l'Église orthodoxe de Roumanie est ébranlée par le tollé suscité après un « baptême mortel » dans le nord du pays. Un nourrisson est mort noyé après le rituel d'immersion. Un autre sujet commence aussi à inquiéter Bucarest : le passage de plus en plus d'exilés irréguliers sur son sol, pour rejoindre l'Espace Schengen. À Timișoara, la grande ville de l'ouest, proche de la Hongrie, la situation serait même déjà hors de contrôle.

Comme tous les musulmans de France, les croyants des diasporas balkaniques sont confrontés aux débats autour de l’islam et de sa « place au sein de la République ». De rite hanafite, minoritaire en France, ils sont attachés à leur religion, symbole de paix, et refusent son instrumentalisation à des fins politiques Entretien avec l’imam bosniaque de Paris, qui prône le dialogue et le respect des croyances de chacun.

Au Monténégro, une entreprise française est accusée de trafics de déchets toxiques. Le groupe Valgo, spécialiste de la décontamination des sols, aurait sciemment exporté 4 000 tonnes de sables contenant des hydrocarbures potentiellement cancérigènes grâce à un certificat de non-contamination.L'enquête de l'Organised Crime and Corruption Reporting Project.

Ces derniers jours, les médias et les réseaux sociaux se sont enflammés en Croatie et en Serbie concernant un long-métrage même encore sorti sur les écrans. Ce film se penche sur l'histoire controversée du camp de concentration croate de Jasenovac et a réveillé les querelles nationalistes entre les deux voisins, celles qui étaient mises en avant dans les années 90 au moment des guerres.