À Kigali, les pays africains au chevet de la préservation de la nature

Une illustration de la biodiversite du Gabon.  - Credit:PATRICK FORT / AFP
Une illustration de la biodiversite du Gabon. - Credit:PATRICK FORT / AFP

C'est un rendez-vous qui s'annonce déjà comme majeur pour l'avenir de la planète. Le premier congrès africain dédié au rôle des aires protégées s'est ouvert lundi 18 juillet à Kigali, au Rwanda, pour une semaine, en présence de nombreuses délégations avec pour mission d'établir des stratégies pour stopper et inverser la perte d'habitats et d'espèces dans les aires protégées, qui comprennent les mangroves, les déserts, les forêts, jusqu'aux montagnes, etc.

L'UICN APAC aboutira à l'adoption du "Plan d'action de Kigali APAC" ancré par les objectifs et le consensus et les recommandations émergents du Congrès. #ACBAatAPAC#APAC2022 #climatechange #Ecosystem pic.twitter.com/3boQyeQm2q

— UICN-PACO (@UICN_PACO) July 8, 2022

Concrètement, le congrès des aires protégées d'Afrique de l'Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN), l'Apac, se déroule quelques mois avant la tenue de la COP15 biodiversité prévue en décembre à Montréal, qui doit adopter un cadre mondial pour mieux protéger la nature ravagée par les activités humaines, à horizon 2050, avec une étape en 2030.

À LIRE AUSSIEnvironnement : une autre protection de la nature est-elle possible ?

Dans quel contexte se tient ce rendez-vous ?

« Les aires protégées sont essentielles à la survie de la planète », a estimé le directeur général de l'IUCN, Bruno Oberle, au premier jour des discussions dans la capitale rwandaise, Kigali. Elles doivent se poursuivre jusqu'au 23 juillet et réunissent quelqu [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles