À Kaboul, avec les recalés de l’évacuation : “Les ONG et les pays occidentaux nous ont vendus aux Taliban”

Au lendemain du décollage du dernier avion américain depuis l’aéroport de Kaboul, parti le 30 août dans la nuit, des milliers d’Afghans sont restés dans leur pays alors qu’ils espéraient encore pouvoir être évacués par un des transports organisés par les États-Unis ou les pays européens. Beaucoup sont en danger : depuis 2001, certains ont travaillé avec les Occidentaux, d’autres ouvertement critiqué les Talibans. Quatre d'entre eux racontent leur peur et comment ils envisagent l'avenir.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles