À la Une: justice, le procès en appel de Ratko Mladić laisse un goût amer aux victimes

·3 min de lecture

C’est un moment que les victimes attendaient depuis plus d’un quart de siècle. En appel, les juges du Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux basé à La Haye ont confirmé la perpétuité requise en première instance contre Ratko Mladić, l’ancien chef militaire des Serbes de Bosnie. Mais de nombreux Bosniaques en gardent un goût amer, la position des juges sur la nature des faits reprochés à l’ancien chef de guerre serbe n’étant pas unanime. Cela risque de servir d’arme aux négationnistes. Les réactions en Bosnie-Herzégovine et en Serbie.

La récente crise au Proche-Orient a suscité une polémique au Kosovo : en se plaçant au côté d’Israël, et donc des États-Unis, le gouvernement d’Albin Kurti a déçu beaucoup de ses partisans, plus enclins à soutenir les opprimés palestiniens. Mais ce positionnement diplomatique révèle surtout la fragilité internationale du Kosovo. De son côté, la Serbie a souvent soutenu les Palestiniens alors que Belgrade semble partager plus de points communs avec Tel-Aviv. C’est parce qu’une certaine logique non alignée doublée d’antiaméricanisme perdure au sein de la diplomatie serbe. Décryptage.

Au Kosovo toujours, la Communauté islamique officielle s’inquiète du développement de l’ahmadisme dans le pays. Ce mouvement de réforme de l’islam, créé en Inde à la fin du XIXe siècle par Mirza Ghulam Ahmad, considéré comme le messie par ses disciples, mêle prosélytisme et action humanitaire.

En Albanie, le Premier ministre Edi Rama est bien décidé à éliminer toute opposition. Les députés de sa majorité ont destitué, mercredi, le président Ilir Meta. Après avoir été l’allié des socialistes, le chef de l’État était devenu ces dernières années l’une des voix les plus virulentes contre leur dérive autoritaire.

Chantage dans les Balkans : comment l’UE externalise ses politiques d’asile

Les États-Unis ont sanctionné six personnes pour leur « rôle considérable dans la corruption en Bulgarie », dont l’oligarque Delyan Peevski, intouchable dans son propre pays. Cette décision prise dans le cadre du Magnitsky Act brise un tabou bulgare dans la lutte contre la mafia et pourrait bien sonner le glas du « système Borissov », entaché de nombreux scandales.

Priorité à la collecte de données des personnes exilées dans les Balkans : l’UE externalise la gestion des migrations, au détriment de l’accueil et au risque d’aggraver encore un peu plus les violations de droits humains le long de la route des Balkans. Analyse.

C’est un double succès sans précédent pour le basket serbe : le pivot Nikola Jokić vient d’être sacré MVP (meilleur joueur de la saison) de la ligue américaine NBA et le meneur Vasa Micić a reçu le même trophée en Euroligue. La confirmation que la Serbie reste une exceptionnelle pépinière.

L’érosion menace les côtes roumaines. La Roumanie a trouvé une solution : repousser la mer Noire de 100 mètres. Ce projet titanesque à 1 milliard d’euros met en lumière une histoire fascinante dans laquelle la nature, la société et l’histoire s’entremêlent face à l’urgence de la crise climatique. Avec une belle surprise à l’horizon : le retour des plages libres.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles