À la Une: instabilité politique chronique au Pérou

La motion de censure a recueilli 61 voix pour, 47 contre et cinq abstentions : le Congrès péruvien a validé lundi 5 septembre la destitution de sa présidente. Lady Camones est sanctionnée après la fuite ce week-end d'un enregistrement audio, explique El Comercio. Dans cet enregistrement, diffusé par le site d'information Epicentro TV, le chef de son parti de droite, l'Alliance pour le Progrès (APP), l'appelle à vite faire adopter une loi de redécoupage électoral qui favoriserait sa campagne. Lady Camones n'était présidente que depuis un peu plus d'un mois. C’est donc reparti : des élections doivent être organisées au Congrès dans les cinq jours pour la remplacer, écrit La Republica. Le fameux redécoupage concernait la région de La Libertad, dans lequel le dirigeant de l'APP se présente comme gouverneur au mois d'octobre, ajoute Ojo Publico. L'idée était d'accélérer la publication de la loi créant un nouveau district, qui représente un grand réservoir de voix pour ce parti.


Lire la suite sur RFI