À Hong Kong, la police empêche toute commémoration de l'anniversaire de Tiananmen

Les forces de l'ordre étaient massivement déployées samedi dans Hong Kong pour prévenir tout rassemblement public pour le 33e anniversaire de la répression place Tiananmen à Pékin, obligeant ceux qui souhaitaient commémorer cet événement sanglant à le faire en cachette ou de façon plus subtile.

Finies les veillées aux chandelles qui réunissaient jusqu'en 2019 des dizaines de milliers de personnes le 4 juin à Hong Kong. Les autorités ne veulent pas de rassemblement public pour commémorer le 33e anniversaire de la répression sur la place Tiananmen et ont donc déployé, samedi 4 juin, d'imposants contingents de police dans la ville.

Le 4 juin 1989, le régime communiste avait envoyé des chars et des troupes pour réprimer les manifestants pacifiques qui, depuis des semaines, occupaient l'emblématique place du centre de Pékin pour réclamer un changement politique et la fin de la corruption systémique.

L'écrasement du mouvement avait fait des centaines de morts, plus d'un millier selon certaines estimations.

Depuis, les autorités chinoises s'efforcent d'effacer Tiananmen de la mémoire collective. Les manuels d'histoire n'en font pas mention et les discussions en ligne sur ce sujet sont systématiquement censurées.

Stricts contrôles d'identité

À Pékin, les autorités ont installé des dispositifs de reconnaissance faciale dans les rues menant à la place. La police, déployée en grand nombre, procédait samedi à des contrôles d'identité tatillons.

Si, en Chine, évoquer les événements de 1989 a toujours été tabou, Hong Kong a fait exception jusqu'en 2020. Pékin a alors imposé à la région semi-autonome une loi draconienne sur la sécurité nationale pour étouffer toute dissidence, après les gigantesques manifestations prodémocratie de 2019. Depuis lors, les autorités locales s'emploient à effacer toute trace du souvenir de Tiananmen.

La police a averti que participer à une "assemblée non autorisée" était passible de cinq ans de prison. Cette mise en garde concerne en particulier le parc Victoria, où une veillée aux chandelles rassemblait autrefois des dizaines de milliers de personnes le 4 juin.

"Circulez, il n'y a rien à voir ici"

Une grande partie de ce parc a été fermée dès vendredi soir, et la police était massivement déployée samedi dans les alentours. Un journaliste de l'AFP a vu un homme vêtu d'un tee-shirt noir emmené dans un fourgon de police. "Circulez, il n'y a rien à voir ici", clamaient des haut-parleurs.

Un ancien dirigeant de la Hong Kong Alliance, l'association qui organisait les veillées, a été cerné par les agents alors qu'il déambulait dans le quartier un bouquet de roses rouges et blanches à la main, et son sac a été fouillé.

Un homme habillé en noir et portant un chrysanthème a raconté à l'AFP avoir été lui aussi contrôlé et fouillé. "La police m'a ordonné de ne rien faire qui incite les gens à se rassembler", a-t-il dit. "Mais les gens vont au travail et je ne fais que passer avec un chrysanthème blanc", a-t-il ajouté.

Dans ce même quartier commercial de Causeway Bay, qui borde le parc Victoria, une artiste de rue qui avait taillé une pomme de terre en forme de bougie avec un briquet avait été interpellée vendredi par une dizaine d'agents.

"Le gouvernement a très peur d'un possible rassemblement", dit à l'AFP Dorothy, une Hongkongaise de 32 ans, dans les environs du parc. La fin des veillées est une "grande perte pour la société", regrette-t-elle.

Une Hongkongaise a confié à l'AFP qu'elle avait allumé une bougie chez elle et placé sur un appui de fenêtre une réplique de la "Déesse de la démocratie", la statue-symbole du mouvement de Tiananmen.

Messes annulées

Les veillées avaient déjà été interdites en 2020 et en 2021 au nom de la lutte contre le Covid-19. Puis, en septembre dernier, la Hong Kong Alliance a été dissoute, son musée du 4-Juin a été démantelé et ses dirigeants arrêtés.

Le manque de clarté sur ce qui est légal ou non a poussé ces derniers mois six universités de Hong Kong à déboulonner, par précaution, des monuments commémoratifs de Tiananmen érigés sur leurs campus.

Autres occasions de se rassembler pour Tiananmen, les messes catholiques annuelles ont été annulées cette année, là aussi par crainte de poursuites.

Plusieurs consulats occidentaux à Hong Kong ont publié sur les réseaux sociaux des messages relatifs à Tiananmen. Le bureau de l'Union européenne a confirmé à l'AFP des informations des médias locaux selon lesquels les autorités chinoises ont exigé qu'ils s'en abstiennent.

Sur Twitter, qui est bloqué en Chine, le secrétaire d'État américain Antony Blinken a rendu hommage aux "courageux manifestants" qui avaient "réclamé pacifiquement la démocratie sur la place Tiananmen" il y a 33 ans.

"Malgré la suppression des monuments commémoratifs et les tentatives d'effacer l'Histoire, nous honorons leur mémoire en promouvant le respect des droits humains partout où ils sont menacés", a-t-il écrit.

"Le souvenir collectif du 4 juin à Hong Kong est systématiquement effacé", a déclaré pour sa part la présidente taïwanaise, Tsai Ing-wen, selon qui "des mesures aussi grossières et déraisonnables ne pourront effacer la mémoire du peuple".

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles