À Hong Kong, le mouvement pro-démocratie gagne les stades de foot

Paul Guyonnet
À l'occasion de la réception de l'Iran, dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde 2022, les supporters de l'équipe de football de Hong Kong ont manifesté leur ferveur démocratique. 

FOOTBALL - Les ultras stambouliotes de la place Taksim, les supporters pro-démocratie dans les rues d’Alger à la mort de Bouteflika, les fans de Maïdan opposés à l’influence russe en Ukraine... Mais aussi la Libye, la Tunisie, le Maroc. Ces dernières années, en de nombreux endroits du globe, les passionnés de football ont joué un rôle décisif dans des mouvements révolutionnaires. 

Et ce pourrait encore être le cas en cette fin d’été du côté de Hong Kong. Ce mardi 10 septembre, l’équipe nationale hongkongaise disputait un match de qualifications pour la Coupe du monde 2022 face à l’Iran. Et alors que la région est animée depuis plus de trois mois par des manifestations réclamant davantage de démocratie et s’opposant frontalement au pouvoir en place, la contestation a gagné les tribunes. 

D’emblée, les supporters hongkongais ont manifesté leur opposition à la Chine, à laquelle l’exécutif de Hong Kong est loyal, en boycottant l’hymne national de la République populaire. Tournant le dos à la pelouse et exhibant des pancartes aux slogans sans équivoque, ils ont copieusement hué l’hymne chinois, le recouvrant par des chants protestataires et même un hymne hongkongais né dans les récentes manifestations. 

À Hong Kong, un texte a été soumis au Parlement...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post