À Hong Kong, l’exode des expats fait chuter le prix des voitures d’occasion

·1 min de lecture
À Hong Kong, l’exode des expats fait chuter le prix des voitures d’occasion
Photo Pixabay/cc

Hong Kong est sans aucun doute actuellement le meilleur endroit au monde pour acheter une voiture, rapporte le site Bloomberg.com. “Alors que les prix des véhicules d’occasion battent des records aux États-Unis et dans d’autres pays, les résidents de Hong Kong qui se préparent à quitter la ville après deux ans de restrictions sanitaires extrêmement dures ont bien du mal à revendre leur voiture.”

Le prix moyen d’une voiture d’occasion a chuté de 20 % au cours du dernier trimestre 2021. Une situation “inédite”, selon le concessionnaire Thomas Siu, concessionnaire automobile dans le quartier de North Point. “Il y a tout simplement trop de voitures à vendre.”

“Ma voiture ne vaut plus rien !”

Les vendeurs sont des expatriés occidentaux qui ont décidé de rentrer chez eux ou de partir vers une autre destination – souvent pour Singapour, où posséder une voiture coûte très cher. “Le gouvernement de la cité-État contrôle strictement le nombre de véhicules sur les routes, obligeant les résidents à acheter des permis spéciaux juste pour pouvoir conduire. Le prix de ces permis a atteint un nouveau record en mars dernier”, explique Bloomberg.

C’est justement pour Singapour que Guillaume Foucault, 39 ans, directeur technique, veut partir. Depuis des semaines, il essaie de vendre son Audi Q5 achetée 156 000 dollars hongkongais (soit 18 160 euros) en mai 2020, mais on ne lui en propose aujourd’hui que 80 000 dollars (9 300 euros).

Quant à Caroline Lherbier, 41 ans, une avocate fiscaliste originaire de Lille, elle a déjà quitté Hong Kong en laissant sur son parking une Mini Cooper achetée en 2018 pour 135 000 dollars hongkongais (15 700 euros). Elle n’est pas sûre à présent d’en obtenir 40 000 dollars (4 650 euros). “Les prix ont tellement baissé que ma voiture ne vaut plus grand-chose de toute façon.”

Une baisse des prix qui est à rebours de ce qui se passe dans le reste du monde, où les prix des véhicules neufs et d’occasion sont à la hausse du fait des retards dans la chaîne d’approvisionnement, de la pénurie de puces informatiques et d’une demande accrue. Aux États-Unis, par exemple, les prix des voitures d’occasion ont augmenté de 41 % en février dernier par rapport à février 2021, précise Bloomberg.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles