À la Une: Guerre en Ukraine, les réfugiés roms ne sont pas les bienvenus

Une revue de presse présentée en partenariat avec Le Courrier des Balkans.

Plus de 6,8 millions de personnes ont fui l’Ukraine depuis le début de l’invasion russe le 24 février. Parmi elles, de nombreux Roms. Ils sont confrontés aux mêmes dangers que les autres réfugiés, mais sont loin de recevoir les mêmes traitements. Dès leur arrivée en Moldavie, ils sont souvent séparés et hébergés dans des logements insalubres, parfois sans eau potable ni nourriture.

Les cas de ségrégation et de mauvais traitements se multiplient aussi en Roumanie et dans les pays voisins, comme le rapporte le Centre européen pour les droits des Roms (ERRC). « Pourquoi une forme de racisme qui perdure et se complexifie depuis 500 ans disparaîtrait-elle soudainement devant une énième guerre en Europe ? », résume Jonathan Lee, responsable de la sensibilisation et de la communication de l’ERRC.

Les Roms ne sont pas les seules victimes de racisme. Manquant de main-d’œuvre à cause d’un fort exode de sa population, la Roumanie délivre chaque année depuis 2017 des milliers de visas aux travailleurs venus d’Asie. Mal accueillis, laissés pour compte, les immigrés sont parfois victimes d’abus et d’exploitation, comme le révèle une vaste enquête en trois volets menée entre la Roumanie, l’Inde et le Vietnam.

En Bulgarie, la « lune de miel » avec les réfugiés ukrainiens est terminée


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles