À la France insoumise, la crise n'est pas finie

Geoffroy Clavel
1 / 2

À la France insoumise, la crise n'est pas finie

Adrien Quatennens et Jean-Luc  Mélenchon lors de l'assemblée de LFI à Paris le 23 juin 2019.

POLITIQUE - “ Une force, LFI, est là, qu’aucune autoflagellation de convenance de la gauche officielle mondaine ne viendra abattre!” Ce dimanche, Jean-Luc Mélenchon a voulu tirer les choses au clair pour en finir avec les reproches et les états d’âmes qui s’expriment depuis la défaite des élections européennes. Si l’organisation de la France insoumise doit évoluer pour renouer avec le succès, pas question de céder un pouce à ceux qui réclament un changement de ligne, voire une assemblée constituante pour refonder le mouvement anti-libéral.

Tout le week-end de leur assemblée représentative au bois de Vincennes à Paris, les Insoumis s’étaient efforcés d’alterner carottes et bâtons, annonçant notamment de nouveaux espaces de délibération collective, tout en refusant une remise à plat des instances. Un discours bousculé par les rodomontades prononcées à la tribune par Jean-Luc Mélenchon ce dimanche. “Mon rôle est consubstantiel au mouvement”, notamment parce que “c’est moi qui étais candidat à la présidentielle”, a-t-il prévenu sans ambages à l’adresse de ceux qui ont osé questionner son attitude, notamment lors de la perquisition du siège du mouvement en 2018.

Ceux qui veulent “les délices des batailles pour les virgules, des couteaux tirés dans les couloirs, se sont trompés d’adresse”, a-t-il tranché, invitant de fait les râleurs à quitter le mouvement. Résultat : une autre cadre de la France insoumise, la coresponsable de l’école de formation Manon Le Bretton, a annoncé ce lundi 24 juin qu’elle quittait à son tour la France insoumise, dans le sillage de Charlotte Girard, figure emblématique du mouvement dont elle a cosigné le programme.

Le risque d’une hémorragie des cadres

Après les attaques ouvertes de Jean-Luc Mélenchon sur les réseaux sociaux, la virulence avec laquelle celles et ceux qui ont formulé des critiques ont été taxés dans ce discours de nombrilisme (...) en a glacé plus d’un”, s’est émue Manon Le Bretton, s’estimant sommée “d’aller voir...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Ce contenu peut également vous intéresser :