Publicité

À Florence, la "chambre secrète" de Michel-Ange ouvre pour la première fois au public

Un lieu insolite et historique ouvre ses portes à Florence dès ce mercredi. Connu comme la "chambre secrète" de Michel-Ange, cette salle, qui servait jusqu'en 1955 d'ancien cellier à charbon dans les profondeurs des Chapelles des Médicis, va être rendue pour la première fois accessible au public à partir du 15 novembre.

Dans cet espace de dix mètres sur trois, le maître de la seconde Renaissance Michel-Ange y a dessiné sur les murs de nombreux croquis en fusain alors qu'il se cachait du pape Clément VII, en colère.

Le lieu a a ensuite été "inutilisé, scellé et oublié pendant des décennies sous une trappe recouverte d'armoires et de meubles" avant d'être redécouvert en 1975, a indiqué le musée dans un communiqué.

Clément VII "furieux" contre Michel-Ange

Ancien directeur des Chapelles des Médicis, l'historien de l'art Paolo Dal Poggetto, attribuait de nombreux croquis découverts à Michel-Ange Buonarroti, surtout connu pour sa statue de David et les fresques de la chapelle Sixtine du Vatican.

Dal Poggetto pensait que Michel-Ange s'était caché du pape Clément VII dans cette pièce pendant deux mois en 1530 parce que le pontife, membre de la famille Médicis, était "furieux" contre lui.

L'artiste avait servi comme superviseur des fortifications de la ville pendant l'éphémère gouvernement républicain (1527-1530), lorsque les Médicis furent chassés de la ville.

"Les dessins, encore étudiés par la critique d'art, ont été réalisés pendant la période d'auto-confinement de l'artiste, utilisant les murs de la petite pièce pour esquisser certains de ses projets", a indiqué le musée.

Un lieu "vraiment unique"

La conservatrice Francesca de Luca a déclaré que l'espace était "vraiment unique en raison de son potentiel évocateur exceptionnel". "Ses murs semblent regorger de nombreux croquis de personnages, en grande partie de taille monumentale", explique-t-elle dans le communiqué.

"Celles-ci sont accompagnées d'études, variant entre des analyses approfondies et superficielles, capturant des détails du corps, des traits du visage et des poses inhabituelles".

À partir du 15 novembre, des petits groupes de quatre personnes maximum par visite seront autorisés à entrer à la fois, avec des pauses entre chaque visite pour limiter la durée d'exposition des croquis à la lumière LED.

Article original publié sur BFMTV.com