À la Une: les excuses du pape François jugées insuffisantes

Tanya Talaga est visiblement déçue des excuses présentées par le pape François hier, lundi 25 juillet 2022, aux Amérindiens canadiens. « On ne peut pas dire "je suis désolé" et ensuite s’en aller », écrit la journaliste d’origine autochtone dans le Globe and Mail. Elle pense que l’église, au-delà des mots, doit passer à l’acte. « Les excuses nous laissent sur notre faim », poursuit la journaliste, soulignant que celles-ci ont été présentées en espagnol, la langue maternelle du pape. « Notre propre langue maternelle n’est plus qu’un lointain souvenir, un chuchotement. Ces excuses ne vont pas faire revenir ceux et celles qui ont souffert, qui sont morts ou qui ont mis fin à leur vie ». Et Tanya Talaga de conclure : « Nous, les Premières Nations, nous savons que ce n’est pas l’Église qui nous sauvera, mais nous-mêmes. Nous pouvons nous sauver en nous tournant vers nos familles, en redécouvrant notre spiritualité, nos langues et nos cérémonies. Ce n’est pas d’un homme en blanc que nous obtiendrons la paix. »

À écouter aussi : Pardon du Pape aux autochtones canadiens: un premier pas seulement

Logique religieuse

À lire aussi : À la Une: Donald Trump n’a rien fait pour stopper l’assaut du Capitole

Les Brésiliens se ruent sur les armes


Lire la suite

Lire aussi:
Au Canada, le pape François demande «pardon pour le mal commis» aux autochtones
Donald Trump de retour à Washington pour la première fois depuis son départ de la Maison Blanche
Présidentielle au Brésil: Bolsonaro lance sa campagne par un appel aux jeunes

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles