Publicité

À la Une: exécution d’un condamné par inhalation d’azote

L'État américain d'Alabama a exécuté jeudi un condamné par inhalation d'azote. C’est la première fois que cette méthode jamais expérimentée auparavant a été utilisé, écrit le New York Times. Kenneth Eugene Smith a été condamné à mort en 1996 pour le meurtre d'une femme commandité par son mari. Il est décédé au pénitencier d'Atmore à 20h25, 32 minutes après les autorités citées dans le journal. Le site d’information Al.com a pu assister à l’exécution de Kenneth Eugene Smith. « Le gaz semble avoir commencé à couler vers 19h58 », peut-on y lire.

Smith a visiblement tremblé et s'est tordu contre le brancard pendant environ deux minutes. « Ses bras s'agitaient contre les sangles », le journal poursuit avec le récit de l’exécution : « Il a respiré bruyamment, légèrement haletant, pendant environ sept minutes supplémentaires. À un moment donné, sa femme a poussé un cri ». Selon le journaliste, les derniers mots de Kenneth Eugene Smith ont été : « Ce soir, l'Alabama a fait faire un pas en arrière à l'humanité », avant de terminer avec « Merci de m'avoir soutenu. Je vous aime tous ».

Ruptures de barrages au Brésil : la lutte pour les indemnisations


Lire la suite sur RFI