À Draveil, Georges Tron, maire depuis sa prison

·1 min de lecture

Condamné pour viol le 17 février dernier, le maire de Draveil (Essonne) dort en prison mais refuse de lâcher sa mairie. L’opposition municipale en appelle au gouvernement pour qu’il ordonne sa destitution.

- Mairie de Draveil, bonjour.- Bonjour, je voudrais parler à M.Tron- Ne quittez pas…Le standardiste transfère la communication et une voix féminine finit par répondre. Même demande : " Bonjour, je voudrais parler à M. Tron ". Un silence. " M.Tron n’est pas joignable pour l’instant. " " Comment peut-on joindre le maire ? ". Nouveau silence. " On ne peut pas ". Et pour cause, Georges Tron, le maire de Draveil, une commune de l’Essonne le long de la Seine au sud de Paris, est en prison depuis le 17 février dernier." Il dispose du téléphone en détention, et peut téléphoner à ses adjoints. "Ce jour-là, cet ancien secrétaire d’État à la fonction publique dans le gouvernement Fillon a été condamné pour viol par la cour d’assises de Paris à 5 ans de prison dont trois ferme, et une peine d’inéligibilité de six ans. Il a été immédiatement incarcéré. Ses avocats ont déposé un pourvoi en cassation deux jours plus tard, le 19 février. Selon nos informations, aucune procédure " accélérée " n’a été décidée par la plus haute juridiction française. " Cela va suivre un calendrier normal, glisse à Marianne un magistrat. Un rapport est actuellement en train d’être rédigé, puis il sera transmis pour avis au parquet général, et ensuite, la Cour tranchera ". Compte tenu des délais...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

1939 : il y a 80 ans, les masques obligatoires

Selon l'ONU, 80 millions de personnes ont été déplacées par les conflits dans le monde en 2019, un record

"Meurtres à White House Farm" : le docu-fiction sur l'une des plus sordides affaires des années 80

"80% de mes contrats sont tombés" : Bastien, gérant d'une boîte de sécurité privée, victime collatérale du Covid-19