À deux mois du Mondial 2022 au Qatar, ce match test n’a pas du tout convaincu

Défaut de climatisation, pénurie d’eau potable... le stade Lusail, qui accueillera la finale de la Coupe du monde, a connu des couacs.

FOOTBALL - « Je ne veux plus aller à la Coupe du monde. Pas dans ces conditions, du moins. » À deux mois de la Coupe du monde de football, ce supporter égyptien venu assister, aux côtés de 77 000 autres fans, au match test organisé au Qatar au stade Lusail entre Al Hilal et Zamalek le vendredi 9 septembre, ne décolère pas. D’après les informations du média néerlandais Het Laatste Nieuws, rien ne s’est en effet passé comme prévu dans l’enceinte qui accueillera la finale de la compétition le 18 décembre prochain.

Le système de climatisation tout d’abord : nouveauté phare (et polémique) des stades qatari, celui-ci n’a pas correctement fonctionné, alors même que la température atteignait les 34 degrés (sans compter l’humidité présente dans l’air). Pas au bout de leur peine, les supporters n’ont également pas pu s’hydrater ou se rafraîchir sous cette chaleur. En cause ? Une pénurie d’eau potable.

Pas de panique chez les organisateurs

Ces dysfonctionnements ont poussé la plupart d’entre eux à quitter le stade à la mi-temps. Toujours d’après Het Laatste Nieuws, ce départ massif a ensuite causé une queue d’environ 2,5 kilomètres à l’entrée de la station de métro située à proximité.

Ce test, aux allures de fiasco, n’a pas pour autant inquiété outre mesure le comité d’organisation du Mondial. « Cet événement est conçu pour identifier tous les problèmes opérationnels et tirer des leçons qui peuvent être appliquées pour aider le Qatar à offrir une expérience formidable à tout le monde. »

La Coupe du monde débutera le 20 novembre prochain. Le stade Lusail, qui a coûté près de 662 millions de dollars (663 millions d’euros) au Qatar, accueillera Argentine-Arabie Saoudite pour son premier match le 22 novembre.

VIDÉO - Bleus - Deschamps : "Pogba ne viendra pas [à la Coupe du monde] s'il n'est pas apte"