À deux jours du lancement du CNR, Emmanuel Macron réussira-t-il à convaincre ?

Qui participera au Conseil national de la refondation (CNR) ? Cette instance voulue par Emmanuel Macron , est censée regrouper plusieurs acteurs publics pour réfléchir aux grands enjeux du moment. Ce CNR doit être lancé jeudi mais les partis de l'opposition ont déjà refusé de s'y rendre, tout comme le président du Sénat, Gérard Larcher . De quoi affaiblir le projet.

>> Retrouvez Europe Midi en replay et en podcast ici

Le président veut convaincre les associations d'élus

Pour atténuer l'affront, le président a tout fait pour convaincre les associations d'élus d'y participer. Le chef de l'État a reçu dimanche soir les présidents des trois principales associations d'élus : régions, départements et communes. Une opération séduction qui semble les avoir convaincu de participer dans deux jours au Conseil national de la refondation, à Marcoussis.

"Nous avons dit que nous ne croyons pas au format du Conseil national de la refondation car nous pensons que c'est une grande messe d'affichage", a expliqué David Lisnard , le président de l'Association des maires de France, invité de Sonia Mabrouk mardi matin.

>> LIRE AUSSI - Décentralisation : avant le CNR, David Lisnard souligne «des avancées majeures avec Macron»

"Pour la première fois, il y a un changement radical"

"Il nous a donné rendez-vous de façon très rapide. Et pour la première fois, il y a un changement radical. Il nous a notamment donné raison sur le constat de la crise civique  que traverse notre système. On a eu...


Lire la suite sur Europe1