À la COP27, un monde divisé au chevet d’une planète en danger

Il n'est pas certain que la COP27 débouche sur de vraies avancées en la matière, notamment en raison des tensions entre les deux plus grands pollueurs mondiaux, les États-Unis et la Chine (image d'illustration).  - Credit:Mickaël Chailloux / France-Bleu Pays dAuvergne / Radio France/Maxppp
Il n'est pas certain que la COP27 débouche sur de vraies avancées en la matière, notamment en raison des tensions entre les deux plus grands pollueurs mondiaux, les États-Unis et la Chine (image d'illustration). - Credit:Mickaël Chailloux / France-Bleu Pays dAuvergne / Radio France/Maxppp

Les représentants d'un monde divisé et dans la tourmente se retrouvent dimanche à Charm el-Cheikh pour deux semaines d'une conférence au chevet d'une planète ballottée par les catastrophes climatiques et toujours sur la voie d'un réchauffement catastrophique.

Plus de 100 chefs d'État et de gouvernement sont attendus lundi et mardi pour le « sommet des leaders » de cette 27e COP, selon les organisateurs égyptiens, dans un contexte de crises multiples et liées : guerre en Ukraine, tensions inflationnistes et spectre d'une récession mondiale, crises énergétique, alimentaire et de la biodiversité…

De quoi reléguer au second plan une crise climatique « existentielle, primordiale et omniprésente », selon les mots du ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukri, qui présidera la COP27.

Les rapports alarmants se sont multipliés depuis la COP26 à Glasgow, quand près de 200 pays s'étaient solennellement engagés à « maintenir en vie » l'objectif le plus ambitieux de l'accord de Paris, traité fondamental conclu en 2015. À savoir contenir le réchauffement à 1,5 °C par rapport à l'ère préindustrielle, période où les humains ont commencé à brûler à grande échelle les énergies fossiles (charbon, pétrole ou gaz) qui émettent les gaz à effet de serre responsables du réchauffement.

Mais, depuis, 24 pays seulement ont relevé leurs engagements et l'ONU ne voit « aucune piste crédible » pour tenir cet objectif.

Même si tous les pays tenaient leurs promesses, ce qui n'est [...] Lire la suite