À la Cité du Design de Saint-Étienne, un renouveau du vélo en Europe

"70 machines" qui "préfigurent l'avenir": l'exposition Bicyclette(s) Faire des vélos, ouverte au public du 8 novembre jusqu'au 1er mai 2023 à la Cité du design de Saint-Étienne, offre un panorama du renouveau des designers et des industriels du cycle sur le Vieux continent.

À l'exception de quelques pièces prêtées par le Musée d'art et d'industrie de Saint-Étienne, "la plupart des 70 machines présentées", fabriquées dans l'Hexagone comme ailleurs en Europe du Portugal à la République tchèque, "préfigurent l'avenir" de ce mode de locomotion de plus en plus prisé, explique à l'AFP Loïc Le Guen, de l'agence NoDesign, conceptrice de l'exposition.

Organisé dans une ville qui a eu de grands fabricants tels que Mercier, Automoto, Manufrance, ou encore Vitus et qui était la capitale du vélo pendant de nombreuses années, met en avant le coordinateur de l'exposition Jean-Louis Fréchin, l'événement est conçu comme "une réponse concrète" aux "questions de préparation du monde demain" et ses préoccupations environnementales.

Le vélo y est donc exposé sous toutes ses formes: pour aller au travail, faire du sport de compétition (comme le Tour de France) et même pour des longues distances et voyager. Une zone est dédiée aux vélos cargos, en plein essor, qui s'adressent autant aux livreurs du dernier kilomètre qu'aux parents qui veulent faire leurs courses ou transporter leurs enfants.

Un modèle "de vélo cargo dérivé de celui exposé à la Cité du design sera proposé à partir de septembre 2023 dans les 800 concessions de Toyota France qui nous en a commandé 5.500 exemplaires", a par ailleurs annoncé lors d'une visite de la Cité Arno Liegeon, directeur de la communication de Douze Cycle, une entreprise française créée depuis bientôt dix ans près de Dijon.

D'autres innovateurs sont au rendez-vous comme le designer Antoine Fritsch qui utilise le bambou, "matériau souple, légers et élégant", pour concevoir un vélo pour Hermès, raconte Jean-Louis Fréchin, un de ses condisciple de l'École nationale supérieure de création industrielle (ENSCI – Les Ateliers).

Plus loin, le groupe Rebirth s'inspire des industriels de l'automobile pour maîtriser les coûts et produire des cadres et même des fourches bleues et vertes d'un modèle Pescarolo Matra, à base de fibre de carbone recyclée.

DM/anr/alc