À Chongqing, cet été, il a fait jusqu’à 35 °C à minuit

Photo Noel Celis/AFP

Connue pour être l’une des “villes fournaises” de Chine, Chongqing n’a pas fait mentir sa réputation cet été. Ceux de ses habitants qui pouvaient rester calfeutrés chez eux l’ont fait. Mais policiers, travailleurs du bâtiment et agriculteurs ont bien souffert, sans même parler des bêtes.

Résidente du district de Shapingba, à Chongqing, Mme Wang ne touche plus à son robinet d’eau chaude depuis plusieurs semaines. Lorsqu’elle veut se laver, elle ouvre simplement celui d’eau froide, et il en coule de l’eau chaude, voire presque bouillante au début. Quand la climatisation n’est pas en marche dans son logement, les poignées de porte, les armoires et les tabourets sont également “brûlants”. Elle témoigne :

“Tout ce qui peut conduire la chaleur est chaud.”

À 21 heures, même avec la climatisation allumée, le mur de la fenêtre dégage une impression de chaleur. Chaque fois qu’elle va aux toilettes [non climatisées], Mme Wang en ressort en nage.

Mme Wang est professeure de lycée et, au beau milieu des vacances d’été, ses rares sorties quotidiennes se résument à se rendre, à l’abri d’une ombrelle, dans une salle de sport climatisée. Le reste du temps, elle reste calfeutrée chez elle, où elle profite de la climatisation, et elle ne se hasarde plus à sortir le soir. Le 19 août, son smartphone annonçait une température de 43 °C, et pas moins de 35 °C à minuit.

Records de température battus

Le 22 août, Chongqing avait déjà enregistré quinze jours de températures supérieures à 40 °C, sans discontinuer. Depuis le 1er juillet, elles sont nettement supérieures aux normales saisonnières [qui sont déjà parmi les plus élevées du pays], et les précipitations nettement inférieures. Dans les neuf districts urbains ou ruraux de l’immense municipalité, les records locaux de température ont été battus, et le cumul des précipitations est inférieur de 60 % à ceux relevés depuis de nombreuses années sur la même période. En août, on a enregistré un déficit de 90 % des précipitations.

C’est la première fois qu’un habitant du bourg de Huolu [littéralement, “La Fournaise”] est contraint d’installer un climatiseur, alors que des ventilateurs ont jusqu’à présent suffi pour pouvoir passer l’été, la bourgade étant située à plus de 800 mètres d’altitude. Quant à Chen Min, qui habite près du fleuve Bleu dans le district de Yubei, elle tire chaque jour les rideaux pour protéger son logement des rayons du soleil, car une de ses amies a vu récemment ses portes-fenêtres se fissurer et former comme une mosaïque sous l’effet de la chaleur torride.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

VIDÉO - Canicule en Chine : La plus grande vague de chaleur jamais enregistrée