À la Une: le chef de l'Église orthodoxe serbe au Monténégro est mort

·2 min de lecture

Une revue de presse présentée en partenariat avec le Courrier des Balkans.

C’est l’une des dernières grandes figures des guerres yougoslaves qui disparaît. Le métropolite Amfilohije, chef de l’Église orthodoxe serbe au Monténégro, est mort le 30 octobre des suites de la Covid-19. Allié puis adversaire résolu de Milo Đukanović, il a profondément marqué la vie politique monténégrine des 30 dernières années. Portrait.

Au Monténégro, alors que les négociations de formation du nouveau gouvernement patinent, Dritan Abazović, le dirigeant du mouvement civique URA, membre de la coalition Noir sur Blanc, réaffirme ses objectifs : s’attaquer à la corruption et au crime organisé, poursuivre l’intégration euro-atlantique et tenter de sauver l’économie monténégrine tout en préparant une transition écologique. « L’essentiel est de commencer à démanteler le système Đukanović ». Le temps presse. Entretien.

« Macron a besoin de soins au niveau mental », a lancé Recep Tayyip Erdoğan après les propos du président français sur l’islam qui ont déclenché une vague de réactions indignées en Turquie. Si les médias conservateurs proches de l’AKP s’en sont donné à cœur joie, d’autres, plus critiques, n’hésitent pas à tourner en dérision le style matamore de l’homme fort d’Ankara. Tour d'horizon de la presse turque.

La pandémie a gravement endommagé l’économie bosnienne et fait exploser la pauvreté. Les conséquences humaines sont bien réelles : les personnes les plus vulnérables ont de plus en plus de mal à survivre. Reportage.

Influence chinoise dans les Balkans

La bataille géopolitico-industrielle qui oppose la Chine et les États-Unis autour de la 5G a aussi lieu dans les Balkans. Après la Roumanie et la Grèce, trois autres pays de la région – la Bulgarie, le Kosovo et la Macédoine du Nord – se sont ralliés à l’initiative américaine « Clean Network », qui vise à exclure les géants des télécoms chinois Huawei et ZTE des appels d’offres pour la mise en œuvre de la technologie 5G.

La Chine occupe une place de choix parmi les grands partenaires économiques de la Serbie, avec le rachat des mines de Bor ou de l’aciérie de Smederevo. Mais entre les promesses d'investissements et la réalité, le fossé se creuse : ses investissements sont moins mirobolants qu’il n’y paraît. Et, à cause de ses crédits à taux préférentiel, c’est le plus souvent le contribuable serbe qui paie. Analyse.