À chaque argument raciste contre l'adaptation de La Petite Sirène, sa réponse

Les sirènes n'existent pas. | Capture d’écran Walt Disney Studios via Youtube
Les sirènes n'existent pas. | Capture d’écran Walt Disney Studios via Youtube

Depuis la sortie de la bande annonce de l’adaptation en live-action de La Petite Sirène, les réseaux sociaux sont en ébullition. D’un côté, des montages de séquences d’enfants émerveillés devant l’actrice noire choisie pour jouer le rôle d'Ariel, Halle Bailey. De l’autre, des commentaires racistes au sujet de sa couleur de peau jugée inappropriée pour jouer une sirène. La bande annonce postée sur Youtube totalise 1,5 millions de pouces en bas, symbole du mécontentement des personnes se rassemblant sous la bannière #notmyariel (pas ma Ariel). Certains ont même choisi de proposer une bande annonce alternative… Tout cela, alors même que la sortie du film n’est prévue qu’en mai 2023.

Une journaliste de CNN, AJ Willingham a décidé de répondre aux arguments pseudo-scientifiques rabâchés à longueur de débats sur les réseaux sociaux.

«La Petite Sirène est une histoire danoise donc Ariel est forcément blanche».

L’histoire originale dont Disney s’est inspiré pour son dessin animé sorti en 1989 a été écrite par Hans Christian Andersen en 1837. AJ Willingham note que si l’auteur est Danois, les premières lignes de son histoire indiquent que le peuple des sirènes vient de «bien loin dans la mer», d’une «eau si profonde qu’il serait inutile d’y jeter l’ancre», pas forcément du Danemark donc. Et la journaliste précise que si l’argumentaire historique tenait tant à cœur aux détracteurs de cette adaptation, il serait bon d'aller regarder du côté de la fin de l’histoire où la sirène est invitée à tuer son prince avant de disparaître.

«Les sirènes vivent sous l’eau donc elles ne peuvent pas avoir la peau noire.»

Oui, certaines personnes sont allées aussi loin en affirmant qu’un être marin ne pouvait qu’avoir la peau pâle, alors même que ces personnes ont dû voir Sauvez Willy...

Lire la suite sur Slate.fr.