À Châteauroux, Marine Le Pen sur l'air du grand complot

Libération.fr
À Châteauroux, Marine Le Pen sur l'air du grand complot

En meeting dans l'Indre, la candidate du Front national a dénoncé comme rarement les méfaits d'un sinistre «Système» décidé à l'abattre.

Allez savoir pourquoi Marine Le Pen prend encore la peine de prononcer des discours d’une heure. Ces derniers temps, un cri semble suffire à la candidate d’extrême droite pour exprimer l’essence de sa pensée : «Le Système !». Combien de fois ce maléfique acteur s’est-il invité dans le dernier discours de la frontiste, samedi après-midi à Châteauroux ? On avoue avoir perdu le compte, vers la trentième ou quarantième occurrence du mot. Devant 1 500 à 2 000 personnes, Marine Le Pen a recouru comme rarement à ce concept, jamais défini et pourtant clef de voûte de sa vision du monde. 

«L’immigration est un dogme pour le Système». «Les frontières nationales sont un leurre aux yeux du Système». «Le Système veut que les Français s’épuisent face à la mondialisation». «Le Système veut plus d’Union européenne, parce qu’elle accélère l’immigration». «Le Système veut accélérer ce qui va mal, ce qui vous fait mal». «Si le Système hésite entre François Fillon et Emmanuel Macron, c’est que tous deux représentent pour lui une assurance-vie. Il est tout à fait égal au Système que l’un ou l’autre se qualifie». «Le Système entretient l’idée du renoncement national». Autant d’apparitions de ce nébuleux ennemi des «patriotes» — parfois désigné comme «oligarchie» ou «projet mondialiste»

Une «organisation structurée»

Est-ce un hasard ? Selon une enquête ViaVoice publiée la veille par Libération, 52% des sondés - et plus encore chez les sympathisants de droite et d’extrême droite - adhèrent à l’idée d’un «"système" à la fois politique, médiatique, judiciaire, économique et financier, qui empêcherait le changement et défendrait ses propres intérêts». Un quart d’entre eux retiennent même la définition la plus sévère de ce «système», vu comme une «organisation structurée par laquelle les élites contrôlent la société et imposent leurs (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Benoît Hamon, à la recherche du «déclic»
Il y a cinq ans, Mohamed Merah démarrait sa course meurtrière
Le street-artiste T-Kid graffe au collège
Caricature antisémite de Macron : la défense des Républicains tient-elle ?
Estrosi demande à Cazeneuve d’interdire le spectacle de Dieudonné à Nice

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages