À Cergy, un premier déplacement de président réélu aux airs de campagne pour Emmanuel Macron

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Emmanuel Macron à Cergy (Val-d'Oise), le 27 avril 2022 - BENOIT TESSIER / POOL / AFP
Emmanuel Macron à Cergy (Val-d'Oise), le 27 avril 2022 - BENOIT TESSIER / POOL / AFP

876450610001_6305252620001

Bain de foule de deux heures, selfies et poignées de main: le premier déplacement de président réélu d'Emmanuel Macron avait des semblants de campagne ce mercredi. Reconduit dimanche avec 58,54% des voix face à Marine Le Pen - moins confortablement qu'en 2017 - le chef de l'État s'est rendu en fin de matinée à Cergy (Val-d'Oise). Le Conseil des ministres, qui se tient traditionnellement le mercredi matin, a été repoussé à ce jeudi, 11 heures, a-t-on appris lundi.

Au premier tour de la présidentielle, la commune francilienne avait placé largement en tête Jean-Luc Mélenchon, avec 47,98% des suffrages. Au second tour, Emmanuel Macron y a récolté 76,21% des voix, beaucoup plus que la moyenne nationale. Une donnée entrée en ligne de compte pour le choix du primo-déplacement?

"Je sais que nombre de nos compatriotes ont voté ce jour pour moi, non sans soutenir les idées que je porte mais pour faire barrage à celles de l'extrême droite. Je veux ici les remercier", avait précisément déclaré le locataire de l'Élysée dimanche devant ses partisans réunis au Champ-de-Mars. "J'ai conscience que ce vote m'oblige", avait-il ajouté.

"Bravo", contre "Macron démission"

À Cergy, Emmanuel Macron a déambulé à travers les étals du marché d'un quartier populaire pendant près de deux heures avant de rencontrer de jeunes entrepreneurs. Des "bravo" et "Macron président" ont fusé, tout comme quelques "Macron démission". Le service d'ordre du président réélu a également dû déployer en vitesse un parapluie pour parer un jet de tomates cerise, qui n'a pas eu le temps d'atterrir sur le chef de l'État.

"C'est comme si la campagne continuait", s'est amusé un membre de l'entourage d'Emmanuel Macron, cité par l'Agence France-Presse (AFP).

C'est ce lieu qu'Emmanuel Macron a choisi pour distiller quelques éléments de portrait du futur occupant de Matignon. "Je nommerai quelqu'un qui est attaché à la question sociale, à la question environnementale et à la question productive", a lâché le président, promettant par ailleurs qu'il allait "continuer à être engagé auprès des quartiers en difficulté".

"Je serai dans les quartiers populaires tout au long du mandat", a aussi promis le dirigeant. "Alors même que les résultats (de la présidentielle) ne sont pas encore promulgués, je n'oublie pas que les engagements que j'ai pris, ils n'étaient pas simplement des engagements de campagne", a-t-il assuré.

Résultats de la présidentielle qui entre-temps ont été proclamés par le président du Conseil constitutionnel, Laurent Fabius, homologuant la réélection de l'ancien ministre de l'Économie de François Hollande.

876450610001_6305252737001

Législatives en ligne de mire

Accusé par ses détracteurs de ne pas avoir fait campagne avant le premier tour, Emmanuel Macron avait multiplié dans l'entre-deux-tours les déplacements dans des communes qui ne l'avaient pas forcément mis en tête au premier tour, comme Strasbourg (Bas-Rhin). Son premier déplacement après le premier tour avait eu lieu dans le Nord, largement acquis à Marine Le Pen. La campagne s'était achevée vendredi par un meeting à Figeac, dans le Lot, localité où il était arrivé premier le 10 avril.

À moins de sept semaines du premier tour des législatives, prévues les 12 et 19 juin prochains, c'est une nouvelle campagne qui s'ouvre. Dimanche, après l'annonce des résultats, Emmanuel Macron avait promis une "méthode refondée" pour être le "président de tous". Tous les Français, qui ne sont pas unanimes pour lui octroyer une majorité en juin. Selon notre sondage Elabe paru ce mercredi et réalisé pour BFMTV, L'Express et SFR, quelque 61% des personnes interrogées souhaitent que soit installée au Palais-Bourbon une majorité de députés opposés au chef de l'État.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles