À la bourguignonne ou à l'asiatique, nos conseils pour redécouvrir la cuisine des tripes

·1 min de lecture

De la joue au gras double en passant par l'onglet et la fraise de veau, la famille des produits tripiers regroupe tous les morceaux de viande qui ne sont pas rattachés à la carcasse. Mais si les abats sont reconnus pour leurs qualités nutritionnelles, ils souffrent néanmoins d'une moins bonne réputation que les morceaux dits "nobles". Samedi dans La table des bons vivants, Europe 1 vous propose quelques pistes pour bien les cuisiner et mieux les savourer. 

Des produits simples à cuisiner et peu onéreux

Ce qu'il faut savoir, c'est que les produits tripiers comportent plusieurs avantages. D'abord, comme toutes les viandes qui cuisent lentement, ils sont assez simples à préparer. "Les cuissons longues, c’est un peu un truc de feignants : une fois que c’est lancé, il n'y a plus grand chose à faire", sourit Tiffany Bourg, qui vend des produits tripiers sur le marché de la Croix-Rousse, à Lyon.

Ensuite, les produits tripiers restent plutôt économiques. Même si les prix ont un peu gonflé ces dernières années, le kilo d'abats ne coûte pas plus de 10 ou 12 euros, bien moins onéreux que les morceaux dits "nobles". 

>> Retrouvez toutes les émissions de Laurent Mariotte en podcast et en replay ici

Une multitude de recettes

Autre avantage des produits tripiers : un nombre infini de recettes à en tirer. "La joue de porc, par exemple, est très polyvalente. En général je la cuisine braisée, cuite avec un peu de liquide pour qu'elle puisse rôtir et mijoter." Avec du vin rouge à la mode bo...


Lire la suite sur Europe1