À Bormio, ce chien a volé la vedette du super-G masculin

Insaisissable durant plusieurs minutes, un chien a provoqué une courte interruption de la course du super-G à Bormio, en Italie.
Capture d’écran Twitter Insaisissable durant plusieurs minutes, un chien a provoqué une courte interruption de la course du super-G à Bormio, en Italie.

INSOLITE - Des sourires amusés au passage de l’animal. Alors que le Suisse Marco Odermatt survolait le super-G de Bormio (Italie), ce jeudi 29 décembre, un chien s’est introduit sur la piste de la Coupe du monde, quelques instants après la chute du Français Cyprien Sarrazin. De quoi provoquer l’hilarité des spectateurs et des athlètes.

L’animal en quête de liberté a provoqué l’arrêt de la course durant quelques minutes, alors que plusieurs skieurs devaient encore s’élancer sur cette piste particulièrement verglacée. Plutôt habile sur la neige, le canidé s’est offert quelques instants de célébrité, échappant à de nombreuses reprises aux organisateurs de la course, incapables de stopper sa course effrénée.

La scène, capturée par les caméras d’Eurosport, n’a pas manqué de faire réagir François-Xavier Rallet, commentateur pour la chaîne sportive. Très amusé par la situation, le commentateur s’est même essayé à une description de la course du chien : « Oh la faute d’intérieur ! », s’est-il exclamé avec humour lorsque le chien a raté son virage entre deux portes de la descente.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Surnommé le « streaker », en référence aux individus s’introduisant sans autorisation dans les enceintes sportives, le chien a même été encouragé par le public de ce super-G. Les différents skieurs, amusés par la situation, souriaient eux aussi en observant cette folle descente.

Les skieurs et leurs staffs n’ont pas manqué une miette de ce spectacle inabituel sur le terrible super-G de Bormio, en Italie.
Capture d’écran Twitter Les skieurs et leurs staffs n’ont pas manqué une miette de ce spectacle inabituel sur le terrible super-G de Bormio, en Italie.

Visiblement apeuré et déboussolé après plusieurs minutes à dévaler la piste de haut en bas puis de bas en haut, le chien a finalement trouvé la sortie, permettant à la course de reprendre sans encombre.

Cette intrusion inattendue n’a pas empêché le champion suisse Marco Odermatt de surclasser ses adversaires, à commencer par le champion du monde autrichien Vincent Kriechmayr, deuxième. Le premier français, Alexis Pinturault, termine à une honorable cinquième place à l’issue de cette étape particulièrement relevée.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi