À bord d’une fusée SpaceX, décollage de la première sonde lunaire sud-coréenne

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

ESPACE - L’orbiteur Danuri, une contraction de « Dal » qui signifie Lune, et « Nuri » qui signifie profiter, a décollé à 00H08 (heure GMT) ce vendredi 5 août à bord d’une fusée Falcon 9 de SpaceX. L’engin spatial devrait s’insérer dans l’orbite de la Lune en décembre et doit effectuer plusieurs missions. Une étape-clé pour les ambitions spatiales de Séoul qui projette de poser un engin sur la Lune d’ici 2030.

Cette sonde aura plusieurs objectifs lors de cette mission d’un an. Elle étudiera la surface des sols lunaires, afin d’identifier de futurs sites d’alunissages pour de prochaines missions. Elle devra également tester un nouveau système de communications spatiales résistant aux perturbations. Une première mondiale selon le gouvernement sud-coréen.

De la K-Pop dans l’espace

La sonde tentera aussi d’établir un environnement Internet sans fil afin de relier des satellites et autres engins d’exploration en orbite. Cette connexion sera testée en diffusant en continu la chanson « Dynamite » du groupe de K-Pop BTS.

Un autre instrument, ShadowCam, enregistrera des images des régions de la Lune situées en permanence dans l’ombre. Les scientifiques espèrent trouver ainsi des sources cachées d’eau et de glace dans ces régions sombres et froides situées près des pôles.

Douzième économie mondiale, la Corée du Sud était largement restée en retrait face à d’autres pays asiatiques comme la Chine dans la conquête spaciale. « Danuri n’est qu’un début. Si nous sommes encore plus déterminés et engagés dans le développement de technologies pour les voyages spatiaux, nous serons en mesure d’atteindre Mars et les astéroïdes dans un avenir proche », a affirmé Lee Sang-ryool, le président de l’Institut coréen de recherche aérospatiale (KARI), dans une vidéo diffusée avant le lancement.

Si Danuri a été lancé par SpaceX, la Corée du Sud avait fait décoller avec succès en juin sa première fusée de conception nationale, Nuri, qui avait mis en orbite plusieurs satellites, après un échec en octobre. La Corée du Sud espère bien que cette mission soit une réussite afin d’inscrire le pays dans la conquête de la Lune d’ici 2030.

À voir également sur Le HuffPost : On n’a jamais vu un tel trou noir

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles