À Berlin, la police disperse un nouveau rassemblement d'opposants aux mesures sanitaires

·1 min de lecture

Les opposants aux mesures de lutte contre la pandémie se sont à nouveau mobilisés en Allemagne. Ils ont manifesté ce mercredi au centre de Berlin alors que le Parlement adoptait une réforme de la loi sur les épidémies que les manifestants rejettent, la jugeant liberticide. La police a dû recourir à la force pour disperser difficilement les participants.

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

« Lügenpresse », « la presse mensongère » est un des slogans favoris des manifestants qui souvent dénoncent la « dictature » allemande. Certains comparent la loi qu’ils sont venus combattre à quelques encablures du Parlement à celle qui en mars 1933 accorda les pleins pouvoirs à Hitler. Paradoxalement, pour l’un des manifestants interrogés, les fascistes sont les parlementaires sur le point d’adopter la loi.

Le collectif hétéroclite baptisé « Libre penseur » s'est à nouveau mobilisé massivement. La police parlait en début d’après-midi de 14 000 personnes. Le non-respect du port du masque par les manifestants a conduit à la rapide dissolution du regroupement. Face au refus des participants de se retirer, la police a décidé de recourir à des canons à eau.

Réforme de la loi sur les épidémies

La manifestation se tenait alors que les deux chambres du Parlement adoptaient une réforme de la loi sur les épidémies. Son objectif est notamment de donner une base juridique plus solide aux mesures restrictives adoptées par les gouvernements, fédéral et régionaux, depuis le printemps. Cela doit éviter des décisions de justice remettant en cause ces mesures.

L’adoption de la réforme ne fait pas de doute mais l’opposition aurait souhaité une plus grande participation du Parlement. Le président de la République doit la signer dès mercredi soir.

À lire: Covid-19: les autorités allemandes font preuve d'un optimisme prudent