À Berlin, la crise sanitaire augmente la fracture entre le public et ses musées

franceinfo Culture avec agences
·2 min de lecture

Malgré des trésors inestimables et des rénovations pharaoniques, les musées de Berlin restent nettement à la traîne de ceux de Londres, Paris ou New York. Un fossé que la crise sanitaire risque de creuser encore davantage. À deux pas de la bouillonnante Potsdamer Platz, la Gemäldegalerie semble plongée dans une profonde léthargie. Pas de file d'attente aux caisses, salles d'exposition assoupies voire désertes dans ce bâtiment qui renferme pourtant l'une des plus grandes collections mondiales de peintures avec des chefs-d'oeuvre du Caravage, de Rembrandt ou de Vermeer.

Des institutions élitistes et archaïques

Un désamour qui affecte de longue date cette galerie mais aussi de nombreux autres musées de Berlin, même si la pandémie de Covid-19 qui la prive de ses touristes depuis près de quatre mois l'a encore accentué. Pour le spécialiste de la culture à la Süddeutsche Zeitung Jörg Häntzschel, le phénomène est lié à "une culture de l'exclusivité, au manque de transparence et à l'arrogance institutionnelle" incarnés par les musées berlinois.

Un rapport commandé par le gouvernement d'Angela Merkel a d'ailleurs récemment tiré la sonnette d'alarme, dénonçant à la fois l'archaïsme et l'élitisme de la Fondation du (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi