À Belle-Île, la pénurie de saisonniers est causée par le manque de logement

© Alexandra Jaegy / Europe 1

Marion est serveuse dans une crêperie de Belle-Ile pour l’été. Elle n’aurait jamais accepté ce job si son patron n’avait pas réussi à la loger : "C’est une maison du patron, des chambres et voilà. Sinon, je serais restée à travailler sur Rennes comme la plupart des jeunes", explique-t-elle au micro d'Europe 1.

Du travail, mais pas de logement

Gabrielle, sa collègue, surenchérit. Ses yeux s’écarquillent quand elle évoque les problèmes de logement sur l’île : "Si on a du travail, mais qu’on ne peut pas se loger... Il n’y a plus de maisons à vendre, ce sont des résidences secondaires, les appartements sont rachetés pour être mis en Airbnb, donc en fait, c'est compliqué", déplore Gabrielle.

Le manque de logement, premier frein au recrutement

Sur les 12.000 postes de saisonniers dans le Morbihan, il en manquerait actuellement 50%. Patrick Lorenc gère un hôtel sur le port depuis 30 ans. Et cette année, il a même dû, pour la première fois, faire construire six logements pour ses saisonniers : "Sinon, je me retrouvais avec une activité que j’aurais dû restreindre. Si vous n’avez pas de logement sur l’île, ça peut mettre en péril votre activité", analyse-t-il.

"Cette année, ça a été très difficile. J’ai eu beaucoup de mal à me projeter sur les années futures. Quand vous savez que vous allez avoir de l’activité, mais que vous être freinés comme si vous aviez des boulets sur les pieds, c’est très grave. Pour l’instant, il y a un gros point d’interrogation, alors on allume des cierges"...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles