À la Une: Balkans, les Églises et les mosquées face à l'épidémie de coronavirus

Une revue de presse présentée en partenariat avec Le Courrier des Balkans.

Face à l’épidémie de Covid-19 qui ne cesse de se répandre dans les Balkans, les communautés religieuses réagissent diversement. Certaines prétendent que la foi serait la meilleure protection face à la maladie, d’autres, au contraire, s’alignent sur les recommandations des pouvoirs publics pour endiguer les contaminations. Tour d’horizon régional.
Balkans : les Églises et les mosquées face à l'épidémie de coronavirus
 

Après l’explosion de cas de coronavirus en Italie fin février, les pays des Balkans voient le Covid-19 arriver sur leurs territoires respectifs. Tous sont désormais touchés et le nombre de contaminations ne cesse d’augmenter. Les autorités sanitaires sont-elles prêtes à faire face à l’épidémie ? Quelles mesures prennent-elles ? Notre fil info.
Les dernières infos • Coronavirus dans les Balkans : mesures économiques d'urgence au Monténégro
 

Après que la Turquie a brutalement rouvert ses frontières fin février, la situation est devenue intenable sur l’île de Lesbos, déjà surpeuplée. Après les agressions de réfugiés, d’humanitaires et de journalistes, c’est maintenant l’épidémie de coronavirus qui fait craindre le pire. Interview.
Réfugiés en Grèce : à Lesbos, surpeuplement et coronavirus
À lire aussi, notre fil info
 : Réfugiés Balkans : Covid-19 : la Bosnie-Herzégovine et la Serbie veulent confiner les migrants

 

La Bulgarie a été placée vendredi en état d’urgence, jusqu’au 13 avril au moins. Les autorités se veulent rassurantes mais l’épidémie promet d’être un test à haut risque pour le système de santé du pays, décimé depuis des années par l’exode massif des personnels soignants.

Coronavirus : la Bulgarie pourra-t-elle faire face à l'épidémie ?
 

Aleksandar Vučić a décrété l’état dimanche soir d’urgence. Après avoir longtemps minimisé les risques du Covid-19, le président s’est fait grave. Et aux côtés de la Serbie, un « seul ami », la Chine, puisque l’UE ce n’était qu’« un conte ».

Coronavirus en Serbie : Vučić compte sur la Chine, pas sur l'UE

• À lire aussi : Coronavirus : la Serbie a-t-elle suffisamment de respirateurs ?

• À lire encore : La Serbie à l'heure du coronavirus : quarantaine, solidarités et propagande
 

Trafic aérien suspendu, frontières fermées : des milliers de Moldaves, notamment des chauffeurs routiers et des travailleurs saisonniers, sont bloqués hors du pays, sans aide de leur gouvernement. Bruxelles planche sur un plan d’action alors le principe de libre circulation est, de fait, suspendu.

Coronavirus : la détresse des Moldaves bloqués à l'étranger
 

Quelques dizaines de cas Covid-19 ont été identifiés pour le moment en Bosnie-Herzégovine, mais les autorités font preuve d’une réactivité inédite et la population applique les recommandations. Tant mieux, car le système de santé, à bout de souffle, aurait bien du mal à faire face à l’extension de l’épidémie.

Bosnie-Herzégovine : mobilisation générale contre le coronavirus
 

La coalition entre Vetëvendosje et la LDK n’aura gouverné le Kosovo que pendant 40 jours. Mercredi, le Premier ministre Kurti a démis le ministre de l’Intérieur de ses fonctions. En réponse, la LDK a déposé une motion de censure. Pendant ce temps, le Président Thaçi réclame la proclamation de l’état d’urgence en raison du coronavirus.

Kosovo : la coalition gouvernementale vole en éclats

À lire aussi : Kosovo : la taxe de la discorde met le gouvernement en péril
 

Ils sont nés en Syrie de parents bosniens, dans les territoires alors contrôlés par Daesh. Ils ont été rapatriés mais n’ont pour l’instant aucune identité légale, pas même d’acte de naissance. La Bosnie-Herzégovine a mis en place une série de dispositifs pour intégrer ces enfants du djihad et espère même devenir un exemple pour les autres pays de la région.

Bosnie-Herzégovine : comment intégrer les orphelins rapatriés de Syrie ?
 

En Serbie, l’électricité est-elle devenue un bien réservé aux plus riches ? Face aux tarifs élevés de l’opérateur national EPS, de plus en plus de citoyens ne peuvent plus payer leurs factures et voient leur courant coupé. Or, plus d’électricité, cela veut souvent dire plus de chauffage ni d’internet... Indispensable à tous, l’énergie est devenue le symbole de la privatisation généralisée du pays.

Serbie : pour les pauvres, l'accès à l’électricité est une bataille incertaine

Ce n’est pas un conflit religieux, mais politique, et il fait bien les affaires des deux hommes forts du Monténégro, le métropolite Amfilohije et le président Milo Đukanović. L’un prétend défendre les lieux saints, l’autre l’État menacé. Les deux veillent surtout à leur pouvoir et à leurs monopoles... Décryptage.

Le Monténégro pris en otage entre Amfilohije et Đukanović