À Bali, bientôt un visa de cinq ans pour les travailleurs à distance

Photo Pixabay/cc

Dès la fin des restrictions de voyage dues à la crise sanitaire, les touristes sont revenus à Bali. En avril dernier, l’Indonésie a ainsi délivré plus de 100 000 visas touristiques alors que les voyageurs vaccinés échappaient pour la première fois depuis longtemps aux tests et aux quarantaines obligatoires. Le pays parie désormais sur 3,6 millions de visiteurs annuels, tout en cherchant à favoriser les longs séjours susceptibles d’apporter plus de devises et de créer davantage d’emplois. “Les bars et les plages de Bali devront peut-être passer au second plan alors que l’Indonésie cherche à promouvoir sa culture et sa scène technologique en plein essor”, rapporte Bloomberg.

“Autrefois, les trois S étaient : ‘sun, sea and sand’ [soleil, mer et sable]. Nous voulons les échanger contre ‘serenity, spirituality and sustainability’ [sérénité, spiritualité et durabilité]. Nous visons des séjours de meilleure qualité et un meilleur impact sur l’économie locale”, explique Sandiaga Uno, le ministre du Tourisme.

Bali, destination “prioritaire” des nomades numériques

Pour ce faire, le gouvernement indonésien est sur le point de relancer un projet déjà évoqué au début de la pandémie. Il consiste à proposer aux nomades numériques et autres travailleurs à distance un visa de cinq ans avec, à la clé, une exonération totale d’impôts pour ceux qui tirent leurs revenus de l’étranger. “Un traitement simplifié des visas et des vols plus fréquents devraient aider le pays à attirer les employés de grandes entreprises comme Airbnb ou Twitter qui autorisent leurs employés à travailler de n’importe où.”

Les autorités comptent sur ce type de longs séjours associés à un tourisme écologique et à des activités sportives pour créer sur place des dizaines de milliers d’emplois.

Selon certaines enquêtes, 95 % des “nomades numériques” désignent l’Indonésie – et en particulier Bali – comme leur destination “prioritaire” pour travailler à distance, fait valoir le ministre du Tourisme. “Maintenant que la pandémie est sous contrôle et que toutes les administrations s’impliquent et sont prêtes à coopérer, du ministère de la Santé jusqu’aux services de l’immigration, nous pensons que c’est le bon moment pour relancer cette idée”, estime Sandiaga Uno.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles