À la Une: un autre Afro-Américain non armé tué par la police

·4 min de lecture

La mort violente d’Andre Maurice Hill, tué par un officier de police en Columbus, dans l’Ohio, reçoit un large écho dans la presse. Les sites internet des grands journaux et des chaines de télévision américaines publient tous la vidéo enregistrée avec la caméra embarquée du policier. Les images montrent comment Andre Hill sort du garage d’une maison qui n’est pas la sienne, s'avance vers le policier, il tient un téléphone portable dans la main gauche. Quelques secondes plus tard, le policier tire sur Hill qui s'écroule. Le policier qui a tiré, Adam Coy, attendra comme sa collègue plusieurs minutes avant de s'approcher de la victime qui était alors vivante et mourra plus tard à l’hôpital.

D’après CNN, une enquête interne a été lancée en vue du licenciement du policier. Le chef de la police de la ville, Thomas Quinlan, s’est dit bouleversé par ce qui est arrivé à Andre Hill. « Pour sa famille, il n’y a rien à célébrer ce Noël, elle a perdu une personne très importante. Et que ce soit un agent de la police de Columbus qui en soit responsable, cela me brise le cœur ». Après la mort d’Andre Hill, des voisins se sont rassemblés spontanément. Le journal local, The Colombus Dispatch, publie des photos de ce geste de solidarité envers la famille. Sur les pancartes on peut lire : Black Lives Matter (la vie des noirs compte) mais aussi Justice for Andre Hill (justice pour Andre Hill). Une voisine explique au journaliste : « nous ne sommes jamais allé à une manifestation "Black Lives Matter". Mais là nous n’avions pas d’autres choix que de venir ici ».

En Géorgie, les donations affluent vers les candidats démocrates

En Géorgie, la campagne pour les deux sièges du Sénat (dont dépendra la majorité de la chambre haute) bat son plein, à moins de deux semaines du scrutin, prévu pour le 6 janvier. Et déjà à ce stade on peut dire qu’elle a battu un record. Selon le site d’information Politico, l’un des deux candidats démocrates, Jon Ossof, a pu récolter plus de 100 millions de dollars pour financer son élection, du jamais vu dans l’histoire des campagnes sénatoriales. La majeure partie de cette coquette somme, il l’a dépensée en publicité télévisée. Politico souligne que les donations ont afflué de tous les coins du pays, à travers les réseaux sociaux, et que c’était très souvent avec de petites sommes que les gens soutenaient Jon Ossof. A eux deux, les candidats démocrates ont obtenu plus d’argent que leurs rivaux républicains, « ce qui leur donne un avantage dans l’achat des spots télévisés », selon Politico.

Donald Trump « joue avec le feu »

La presse nord-américaine revient largement sur le plan de relance approuvé par le Congrès qui attend la signature du président. Dans deux jours expirent les aides gouvernementales qui permettent à des millions d'Américains de survivre pendant cette crise sanitaire. Le président Donald Trump, parti en Floride pour y passer les fêtes de fin d’année, refuse toujours de signer le texte. Une position vivement critiquée par l’éditorialiste du Houston Chronicle qui implore Donald Trump d’approuver sans plus tarder le plan de relance de 900 milliards de dollars. « Signez le projet de loi, signez-le maintenant», titre le journal de Texas, tout en reconnaissant que le texte n’est pas parfait. « Mais alors pourquoi avoir attendu jusqu’au dernier moment pour émettre des objections », s’interroge le Houston Chronicle. « Le président était au courant des négociations et aurait pu faire valoir son point de vue plus tôt ». Mais en menaçant de ne pas signer le texte, il joue avec le feu, estime le journal. Les petites entreprises ont besoin de ce soutien financier, tout comme les millions d’Américains qui ont perdu leur emploi à cause de la pandémie. « Le comportement du président n’est tout simplement pas raisonnable », conclut le Houston Chronicle.

Direction l’Amérique Latine, où la vaccination contre le Covid-19 a commencé mercredi dernier

Le Mexique et le Costa Rica ont été les premiers pays à avoir entamé la vaccination, jeudi. C’est un « miracle » d’avoir le vaccin, s’est exclamé le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador, cité par El Sol de Mexico. Le journal qui publie, comme d’autres, le témoignage de Maria Irene, 59 ans, l’infirmière mexicaine qui a reçu la première injection. « J’étais un peu nerveuse mais je suis très contente. C’est mon plus beau cadeau de Noël », a-t-elle déclaré. « Et en plus le vaccin me donne cette protection qui me permets de travailler avec les patients atteints du covid-19 ». Ce vendredi c’est le Chili qui commence à vacciner sa population, suivi par l’Argentine, le seul pays du continent américain à avoir reçu le vaccin russe Sputnik V, souligne le journal mexicain El Universal.