À la Une: Aucune fraude constatée lors des élections aux États-Unis

·4 min de lecture

Le démenti de responsables électoraux aux États-Unis, concernant d’éventuelles fraudes lors du scrutin, fait la Une de la presse outre-Atlantique. Selon eux, cette élection a été la plus sûre de l’histoire du pays, détaille le New York Times. Et ce sont des membres des autorités locales et nationales en charge de la sécurité du scrutin qui l’affirment, parmi lesquelles figure notamment l'agence de cyber sécurité et de sécurité des infrastructures. Même si elles ne sont pas directement adressées à Donald Trump, ces déclarations démontent la théorie d’une fraude massive, estime le quotidien. Car elles proviennent d’agences qui sont gérées par le cabinet de Donald Trump et ne peuvent donc être remises en cause.

L’entêtement de Donald Trump concernant ces éventuelles fraudes met à mal la démocratie américaine, estime USA Today. Mais pour le quotidien, le fait que des juges fédéraux rejettent pour l’instant les demandes des avocats de Donald Trump prouve que la démocratie américaine fonctionne. Certes, si d’aventure des juges annulaient des votes, cela pourrait bien marquer une rupture. Mais pour l’instant les gardes fous résistent. Il faudra scruter l’évolution de la situation dans le Michigan et en Arizona, prévient le quotidien, deux États où énormément de plaintes ont été déposées, selon USA Today.

Joe Biden remporte l’Arizona, la Chine le félicite

Le candidat démocrate a encore accentué son avance dans la nuit de jeudi à vendredi en remportant l’Arizona selon certains médias. Ce qui marquerait une première victoire démocrate dans cet État depuis 1996. Si certains médias donnent Joe Biden vainqueur, d’autres parlent d’une avance impossible à rattrapée pour Donald Trump. C’est le cas de l’Arizona Daily Star. Selon le quotidien, le candidat démocrate dispose d’une avance de 11 400 voix alors qu’il n’en reste plus que 10 500 à dépouiller.

C’est donc bien une victoire qui se dessine en Arizona, comme le détaille le quotidien Arizona Republic. Une victoire qui donnerait onze grands électeurs supplémentaires à Joe Biden portant ainsi son total à 290 grands électeurs, sachant que 270 sont nécessaires pour être élu président. Un résultat qui a peut-être convaincu la Chine de la victoire du candidat démocrate puisque, comme l’annonce USA Today, la Chine a félicité, ce vendredi matin, Joe Biden pour son élection.

Au Pérou, la mobilisation ne faiblit pour dénoncer un coup d’État

Les forces de l’ordre péruviennes ont durement réprimé une manifestation jeudi soir dans les rues de la capitale. Des faits dénoncés par le président démit de ses fonctions Martín Vizcarra. Dans les pages de Peru 21, Martín Vizcarra lance un appel aux forces de l’ordre afin qu’elles respectent le droit à manifester. Mais le mal est fait, estime le quotidien, jeudi la police n’a pas hésité à faire usage de cartouches de chevrotine, comme ont pu le constater différents médias.

Le nouveau ministre de l’Intérieur a beau démentir les faits, les images parlent d’elles-mêmes, estime le quotidien. La situation est grave, explique Mario Vargas Llosa dans les pages de La República. Pour le prix Nobel de littérature, c’est bien un coup d’État qui a été perpétré au Pérou. Une violation de la Constitution orchestrée par Manuel Merino, le nouveau président, qui n’est même pas reconnu par les autres pays de la région, détaille Mario Vargas Llosa. Une situation tendue qui risque de perdurer puisque d’autres manifestations sont prévues notamment ce vendredi annonce El Comercio.

Le Mexique ne commandera pas le vaccin de Pfizer

Au Mexique, pays également très touché par la pandémie de coronavirus avec plus de 90 000 morts, les autorités ont annoncé ne pas compter acheter tout de suite le vaccin développé par Pfizer, faute d’infrastructures. C’est le sous-secrétaire à la Santé qui l’a annoncé, selon El Universal. Bien qu’une lettre d’intention ait été signée, les autorités du pays ne sont pas en mesure de conserver ce vaccin si d’aventure il venait à être livré. Le Mexique ne dispose pas d’un réseau d’ultra congélation explique-t-il. Or ce vaccin ne peut être conserver qu’à une température de -70°.

Et il n’y a pas que le Mexique qui va devoir faire face à ce problème, selon lui. Même les États-Unis ne pourront pas le conserver, explique-t-il. Ce qui ne devrait pas être un problème avec le vaccin développé par l’entreprise AstraZeneca en collaboration avec l’université d’Oxford puisqu’il s’agirait là d’un vaccin de type traditionnel selon La Jornada. Un vaccin qui sera commandé par les autorités mexicaines annoncent ce quotidien.