À Arras, Marine Le Pen se pose en candidate de "la majorité silencieuse"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·5 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Marine Le Pen lors de son dernier meeting de campagne, le 21 avril 2022, à Arras (Photo: THOMAS SAMSON via AFP)
Marine Le Pen lors de son dernier meeting de campagne, le 21 avril 2022, à Arras (Photo: THOMAS SAMSON via AFP)

Marine Le Pen lors de son dernier meeting de campagne, le 21 avril 2022, à Arras (Photo: THOMAS SAMSON via AFP)

POLITIQUE - Le premier tour leur donne de l’espoir. Dans les travées du Centre des expositions d’Arras (Pas-de-Calais), ce jeudi 21 avril, les ténors du Rassemblement national répètent un seul et même élément de langage: “Les sondages ont donné six points de moins à Valérie Pécresse et six points de plus à Jean-Luc Mélenchon”.

Comprendre que l’écart qui sépare désormais Marine Le Pen et Emmanuel Macron (les dernières enquêtes les donnent autour de 44% pour la première, 56% pour le second) serait tout à fait résorbable d’ici dimanche 24 avril, jour du second tour.

C’est dans cette optique que Marine Le Pen a lourdement tendu la main aux abstentionnistes, une nouvelle fois, pour son dernier meeting de campagne, dans le Pas-de-Calais. Devant son pupitre “Si le peuple vote, le peuple gagne”, la députée du département en appelle à la “majorité silencieuse” qu’elle dit représenter.

Référendum pour ou contre Macron

Après avoir critiqué l’“attitude” du président candidat, “condescendant et d’une arrogance sans limites”, lors du débat télévisé la veille, Marine Le Pen pointe le “bilan calamiteux” du sortant. “Celui qu’on nous avait présenté comme un surdoué de la finance est en réalité un cancre”, lance-t-elle sous les applaudissements nourris des 3000 personnes réunies.

“Puisque Emmanuel Macron veut faire de ce scrutin un référendum, banco!”, accepte la candidate du RN qui répond, en écho, au candidat d’En Marche qui évoque régulièrement un “référendum pour ou contre l’Union européenne, la République et le climat” pour mobiliser les Français. “Dimanche, c’est un choix de société et même de civilisation”, abonde, à distance, la candidate du RN qui se targue d’une “vision politique profondément humaniste”, contre “l’oligarchie qui n’a pour seule religion que le mondialisme”.

“Dimanche, soit vous avez la vision d’Emmanuel Macron: le mépris social, l’absence d’empathie, la brutalité; soit la vision nationale, fraternelle, autour d’un Etat bienveillant”, énumère-t-elle. “Face à cette oligarchie froide qui confisque le pouvoir, nous sommes la voix et l’âme de la majorité silencieuse”, insiste la candidate d’extrême droite qui n’a pas perdu ses fondamentaux.

“Peuple de France, lève-toi”, a-t-elle répété à plusieurs reprises “contre ceux qui ont fait de la submersion migratoire notre seul horizon (...) contre ceux qui ont autorisé la construction de mosquées cathédrales” ou contre ceux “qui ont laissé prospérer le crime crapuleux”.

Drague de l’électorat Mélenchon

Dans le même temps, elle a tenté de rassurer l’électorat de Jean-Luc Mélenchon (22% des voix) qu’elle vise, comme Emmanuel Macron. Elle a parlé longuement de “nos compatriotes d’Outre-Mer”, où le candidat insoumis a parfois dépassé les 50% au premier tour, pour dénoncer “la vie chère” et promettre l’accès à l’eau courante partout, “c’est quand même la moindre des choses, en 2022!”.

Marine Le Pen s’est attardée sur sa réforme des retraites pour mieux critiquer celle de son adversaire: “Qui a envie de travailler jusqu’à l’épuisement toute sa vie pour une pension de misère?” a-t-elle lancé. Même laïus sur les institutions, projet phare de Jean-Luc Mélenchon.

“Chacun sera à nouveau consulté, écouté, respecté”, promet la dirigeante du RN en citant le RIC et les gilets jaunes “réprimés avec une brutalité sans précédent”. Ils étaient nombreux dans la salle ceux qui sont prêts à “renfiler le gilet jaune si Marine ne gagne pas”.

Comme Karine, la quarantaine, qui votera Le Pen pour “la suppression de la TVA sur les couches et les produits pour bébé”, alors que sa fille “vient d’accoucher”. Certains dans la longue file d’attente qui se forme avant le discours doutent des capacités de la candidate à l’emporter dimanche. “Je ne suis plus très convaincue, elle n’a pas bien défendu ses idées au débat”, regrette Emeline, la vingtaine qui “travaille à perte à cause du prix de l’essence”.

Sans contradicteur, la candidate du RN a pu ressortir l’une des mesures phares de son programme pour attirer des jeunes, évaporée lors du débat: “Nous exonérerons les moins de trente ans de l’impôt sur le revenu”, a-t-elle assuré.

On est à trois points de la majorité absolue avec la marge d'erreur. Je suis convaincu qu’il y aura une surprise.Jean-Lin Lacapelle, porte-parole du Rassemblement national

Dans son entreprise classique de dédiabolisation, Le Pen a cité la constitution “du général de Gaulle” et son premier article sur la France indivisible. “Nous voulons une république indivisible, où chaque petit Français emportera dans son cartable les mêmes chances à l’ascension sociale et à l’assimilation”. ”Avec moi, il n’y aura plus de différence entre les Français”, a-t-elle lancé envers ceux qui l’accusent de “coup d’État constitutionnel” en préparation.

“J’ai trop souffert de persécutions en raison du nom que je portais pour admettre ne serait ce qu’une seule seconde la moindre discrimination”, a-t-elle enfoncé. “Cette phrase m’a touchée, c’est vrai qu’elle a souffert”, souffle, à la sortie du meeting, Laurence, la cinquantaine, qui votait ”écolo” avant “Marine”.

Sur le son de Sweet Dreams (Eurythmics), quelques minutes avant l’entrée de la candidate, le porte-parole du parti, Jean-Lin Lacapelle se voulait optimiste: “On est à trois points de la majorité absolue avec la marge d’erreur. Je suis convaincu qu’il y aura une surprise”. “Nous n’avons jamais été aussi haut depuis 1972”, se réjouit, bière à la main, Wallerand de Saint-Just, adhérent de la première heure. C’est la date de fondation du Front national, il y a un demi-siècle.

À voir également sur Le HuffPost: Débat de l’entre-deux-tours: entre Macron et Le Pen, qui a gagné?

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI...

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles